RMC Sport

St-Etienne - PSG, les notes: le patron M'Vila, le fantôme Pastore

Le PSG a accroché le nul (1-1) au bout du temps additionnel face à Saint-Etienne en ouverture de la 32e journée de Ligue 1, ce vendredi. Une rencontre marquée par l'exclusion de Presnel Kimpembe, l'énorme activité de Yann M'Vila au milieu et la prestation plus que médiocre de Javier Pastore.

Saint-Etienne

Debuchy précieux puis très malheureux

Benjamin Pavard, Christophe Jallet et tous ceux qui prétendent au poste de doublure de Djibril Sidibé lors du prochain Mondial peuvent continuer à s'inquiéter. Car oui, Mathieu Debuchy prétend plus que jamais à une place en équipe de France. Venu cet hiver pour relancer une carrière à l'arrêt, l'ancien Gunner a poursuivi sa renaissance vendredi soir face au PSG en ouverture de la 32e journée de Ligue 1... jusqu'à la dernière seconde. En grande forme, l'ex-Lillois a multiplié les courses dans son couloir droit et a enchaîné les centres. L'un d'entre eux est d'ailleurs à l'origine de l'ouverture du score de Rémy Cabella. Sur le plan défensif, il n'a eu aucun mal à museler Javier Pastore. Mais il a eu le malheur de marquer contre son camp de la cuisse au bout du temps additionnel (90e+2), permettant à Paris d'accrocher le nul (1-1).

M'Vila, maître du milieu

"A la base, je n’avais pas envie de revenir en France", confiait-il cette semaine dans un entretien accordé à RMC Sport, expliquant que Jean-Louis Gasset avait énormément compté dans sa venue lors du dernier mercato hivernal. L'entraîneur des Verts peut aujourd'hui se dire qu'il a eu raison d'insister, tant Yann M'Vila brille depuis son arrivée dans le Forez. Dans la lignée de ses dernières prestations, l'ancien Rennais a régné en maître au milieu de terrain. Il a confirmé sa montée en puissance en se démenant pour gratter d'innombrables ballons. Son assurance a aussi permis à Ole Selnaes, son acolyte à la récupération, de pouvoir se libérer de certaines tâches défensives pour pouvoir apporter offensivement.

Cabella encore décisif, mais pas sur penalty

Il est décidément intenable. En grande forme depuis le début d'année 2018, celui qui est prêté par l'OM s'est une nouvelle fois montré décisif. C'est lui qui a surgi dans la surface parisienne à la 17e pour fusiller de près Alphonse Areola, après avoir profité d'un ballon mal renvoyé par Thomas Meunier et contré dans sa chute par Jonathan Bamba. Auteur de son sixième but sous le maillot des Verts, Rémy Cabella a constamment cherché à créer des différences. Son match aurait pu être encore meilleur s'il avait transformé le penalty concédé par Presnel Kimpembe à la 30e. Mais sa frappe légèrement croisée du droit, un peu trop molle, n'a pas du tout inquiété Alphonse Areola.

Ruffier: 7

Debuchy: 6

Perrin: 7

Subotic: 7

Gabriel Silva: 6

Selnaes: 6

M'Vila: 8

Bamba: 6 (remplacé par Pajot à la 83e)

Cabella: 7

Monnet-Paquet: 6 (remplacé par Ntep à la 57e)

Hamouma: 7 (remplacé par Tannane à la 68e)

PSG

Kimpembe méconnaissable

Il n’a même pas été au bout de la première période. Aligné aux côtés de Marquinhos, Presnel Kimpembe a été renvoyé aux vestiaires dès la 41e après avoir écopé de deux cartons jaunes. Il a reçu le premier à la 30e pour avoir (légèrement) déséquilibré Hamouma dans sa propre surface. Heureusement pour lui, Cabella n’a pas transformé le penalty, permettant aux Parisiens de rester en vie dans cette rencontre. Mais Kimpembe n’était visiblement pas décidé à se racheter. Moins de dix minutes plus tard, il a donc une nouvelle fois été averti, cette fois-ci pour s’être essuyé les crampons sur la cheville d’Hamouma. Logiquement expulsé, il a laissé ses coéquipiers en infériorité numérique pour la deuxième fois de la saison, après avoir déjà été exclu à Rennes le 16 décembre dernier.

Pastore, le fantôme

Titulaire pour la première fois depuis un déplacement à Lille début février, Javier Pastore avait l'occasion de marquer des points sur la pelouse de Saint-Etienne. Il pouvait montrer à Unai Emery qu'il fallait lui faire confiance dans cette fin de saison. Il pouvait aussi prouver à d'éventuels clubs intéressés par son profil qu'il n'avait rien perdu de ses qualités. Il a fait tout le contraire. Positionné dans le couloir gauche de l'attaque parisienne en première mi-temps, l'Argentin a été transparent. Sans cesse à contre-temps, il n'a apporté aucune solution et n'a pas non plus jugé bon de faire des efforts défensifs. A ce bien pâle bilan, il faut aussi ajouter un carton jaune reçu juste avant la pause pour une bousculade sur Debuchy.

Mbappé trop seul

Aligné d'entrée seul en pointe à la place d'Edinson Cavani, laissé sur le banc et entré après l'heure de jeu en remplacement de Pastore, Kylian Mbappé a vécu une soirée compliquée dans le Chaudron. Trop rarement servi par Di Maria ou Pastore, positionnés à ses côtés, l'international français n'a pas non plus eu la tâche facile face aux rocs Subotic et Perrin. Mais il a au moins eu le mérite de tenter de secouer la défense stéphanoise. On l'a vu dès la 3e se faufiler dans la défense, avant de centrer fort au premier poteau. On l'a aussi vu obtenir des fautes et, surtout, inquiéter Stéphane Ruffier à la 77e sur un tir croisé à ras de terre. Il dévie le ballon juste avant le csc de Mathieu Debuchy.

Areola: 6

Meunier: 4

Marquinhos: 5

Kimpembe: non noté

Kurzawa: 3

Lo Celso: 3

Diarra: 3 (remplacé par Thiago Silva à la 46e: 6)

Rabiot: 4

Di Maria: 3

Mbappé: 5

Pastore: 2 (remplacé par Cavani à la 68e)

RR