RMC Sport

Stellardo : « Une douzaine de départs l’an prochain à Nice »

Gilbert Stellardo

Gilbert Stellardo - -

Avec quatre points d’avance sur Monaco, premier relégable, Nice n’a pas encore assuré son maintien en L1. Conscient des difficultés de son équipe cette saison, le président azuréen annonce un profond remaniement à la fin du présent exercice.

Gilbert Stellardo, saviez-vous, comme votre entraîneur, dès le début que la saison de votre équipe serait compliquée ?

Non, je n’avais pas la même approche qu’Eric. Je pensais avoir une équipe qui pouvait viser raisonnablement un siège entre la 8e et la 15e place du championnat. On a commencé le championnat dans des conditions correctes. On a perdu des points faciles au cours de trois ou quatre matches. Et du coup, on s’est mis en difficulté.

Vos difficultés sont également liées aux départs de joueurs majeurs ces derniers mois…

On a l’effectif qui a signé il y a trois-quatre ans chez nous et que l’on est obligé de garder jusqu’à la fin des contrats. Notre situation financière nous a empêchés de faire des folies. A l’intersaison, on a recruté trois-quatre joueurs qui sont pas mal, je pense. Pejcinovic, Clerc… Hellebuyck est blessé et nous manque dès qu’on a un blessé au milieu. C’est vrai que devant, on n’est pas très fort. Mais en football, on fait aussi avec les moyens qu’on a.

« L’avenir de Roy n’est pas lié au maintien en L1 »

L’avenir d’Eric Roy est-il lié au maintien de Nice parmi l’élite ?

On n’en a pas discuté mais son avenir n’est pas lié à un maintien de l’équipe en L1. On a fait un pacte entre nous. Il faut que l’on se maintienne dans l’élite. L’année prochaine, on aura une douzaine de départs. Il s’agira alors de reconstruire une équipe pour les trois prochaines années. L’objectif est d’avoir un effectif européen, c’est-à-dire capable de jouer une place en Coupe d’Europe au moment de l’inauguration du nouveau stade (livraison prévue en juin 2013).