RMC Sport

Strasbourg-Rennes: Laurey a eu peur d’assister à son "enterrement"

Satisfait par le match nul obtenu à dix contre onze face au Stade Rennais (1-1) vendredi lors de la 12eme journée de Ligue 1, l’entraîneur du Racing Thierry Laurey a craint un but des Bretons dans le temps additionnel. Une défaite qui aurait pu lui être fatal. .

Ouf de soulagement pour Strasbourg. Vendredi soir, le Racing a évité une quatrième défaite de rang en Ligue 1 en obtenant un match nul 1-1 face au Stade Rennais au stade de la Meinau. Un bon point pour les Alsaciens qui ont joué à dix contre onze dès la 40eme minute après l’expulsion de Mitrovic. Malgré une domination très nette des Bretons, les Alsaciens ont tenu bon pour le grand soulagement de leur coach. Thierry Laurey aurait en effet pu payer très cher une 10eme défaite en 12 rencontres. Surtout que Léa-Siliki s’est procuré une grosse occasion dans le temps additionnel : "S'ils avaient marqué à la 92ème minute, j'aurais pu assister à mon enterrement", a commenté l’entraîneur du Racing, conscient qu'il jouait peut-être sa "tête" vendredi soir.

"J'ai été bluffé par l'état d'esprit"

Soulagé, Thierry Laurey était fier de ses joueurs et veut penser que son équipe, 19eme de Ligue 1, a les moyens de remonter la pente : "Ne croyez pas qu'on n'a rien foutu pendant 11 journées... Il faut qu'on prenne le taureau par les cornes et qu'on aille de l'avant. Les garçons ont montré l'état d'esprit qu'on voudrait avoir tout le temps. Et on est satisfait du jeu en première période. Non ce point n'a pas un goût de victoire, ce n'est qu'un point mais ça reste un très bon point. J'ai été bluffé par l'état d'esprit. On n'a rien lâché." Strasbourg se déplacera à Nantes, dans une semaine, à l’occasion de la 13eme journée de Ligue 1.

ABr avec AV