RMC Sport

Supporters : l’incident de trop ?

-

- - -

Les échauffourées entre supporters niçois et stéphanois qui ont émaillé l’avant-match, dimanche à l’Allianz Arena, ont remis en lumière les problèmes de hooliganisme en France. RMC Sport fait le point.

Le rappel des faits

Dimanche peu après 16h, à moins d’une heure du coup d’envoi de Nice-Saint-Etienne (0-1) à l’Allianz Riviera, des incidents surviennent dans la tribune réservée aux supporters visiteurs. Des bagarres éclatent entre « fans » des Verts et des Aiglons. Des sièges sont arrachés puis jetés. Des coups sont échangés. Malgré la présence de stadiers et de policiers, des CRS sont appelés en renfort. Par mlesure de sécurité, Jean-Pierre Rivère, le président niçois, ordonne l’évacuation des supporters stéphanois de l’enceinte du Gym. Le bilan est de neuf blessés.

Pourquoi ces incidents sont-ils intervenus ?

Selon l’AS Saint-Etienne, ces incidents trouvent leur origine avant l’entrée des supporters stéphanois dans l’Allianz Riviera. Le bus aurait été caillassé. Marcel Authier, directeur départemental de la sécurité publique des Alpes-Maritimes donne sa version des faits : « L’arrivée des supporters stéphanois sur le stade de Nice s’est bien passée malgré ce que l’on dit. Nous avons pris des mesures préventives qui nous ont permis de saisir pas mal de projectiles qui avaient été disposés sur le passage du cortège, notamment des boules de pétanque, ce qui nous a permis de limiter largement les dégâts. Les supporters stéphanois étaient aussi très agressifs et projetaient, par les vitres de leur minibus, des pétards et des projectiles. Donc on était dans des échanges réciproques. »

Les conséquences

Le club azuréen a annoncé un dépôt de plainte contre X pour dégradations. Par ailleurs, une enquête judiciaire est en cours a indiqué ce lundi Eric Bedos, procureur de Nice. « Il n’est pas exclu que des sanctions soient prises de manière collective à l’encontre d’un ou deux groupes de supporters, précise Antoine Boutonnet, patron de la Division nationale de lutte contre le hooliganisme. Là, ce sont clairement les supporters stéphanois, les Green Angels et les Magic Fans, qui ont posé souci. » Enfin, à la demande de la Ligue de football professionnel (LFP), une réunion dont la date n’a pas été encore fixée doit se tenir sur ce thème avec tous les acteurs du football français.

Les réactions des présidents

A chaud, la confusion règne entre les patrons niçois et stéphanois. S’il regrette ces incidents, le président du directoire de l’ASSE, Roland Romeyer, menace de « rendre son tablier » et déclare : « Il y a eu un comité d’accueil qui a été déplorable concernant nos supporters, puisqu’il y a eu des jets de pierres sur les bus et des vitres brisées. » Très en colère, son homologue niçois Jean-Pierre Rivère fait savoir devant les micros son désaccord. « Quand il se passe ce genre d’incident, on prend de la hauteur, de recul. On ne dit pas : "Ils ont fait ça parce que…" On dit : "Je suis désolé." Quelques heures plus tard, via un communiqué, le club forézien « condamne fermement l'attitude violente de certains individus avant le match Nice-ASSE. »

Thiriez menace

La réaction des instances du football est très rapide. Dans un communiqué de la Ligue de football professionnel, son président Frédéric Thiriez évoque carrément la possibilité d’interdire les déplacements de supporters : « Ça suffit ! Ces quelques crétins qui s’intitulent supporters ne se rendent même pas compte qu’ils ruinent l’image du football. Une seule solution : la répression. Je vais demander une réunion au ministère de l’Intérieur centrée sur la question des déplacements de supporters à l’extérieur. Si nous n’arrivons pas à régler ce problème définitivement, ça finira par une interdiction systématique des déplacements, ce que personne ne souhaite. »

Le gouvernement condamne mais calme le jeu

Dimanche soir, Manuel Valls et Valérie Fourneyron, respectivement ministres de l'Intérieur et des Sports condamnaient « avec la plus grande sévérité les graves incidents survenus avant le coup d’envoi de la rencontre de Ligue 1 entre Nice et Saint-Etienne. » Mais ce lundi, la possibilité d’interdire tout déplacement aux supporters évoquée par Thiriez prend un peu de plomb dans l’aile. « C’est une décision qui pourrait tout à fait être prise mais je pense qu’il faut rester raisonnable, désamorce Pierre-Henry Brandet, porte-parole de Manuel Valls au ministère de l’Intérieur. Il y a des supporters de foot de la majorité des clubs qui se comportent très bien, que ce soit à domicile ou en déplacement. Il ne faudra pas qu’ils soient pénalisés pour ceux qui se comportent mal. Il y a peut-être d’autres pistes à envisager avant d’arriver à ce genre de décisions qui seraient très lourdes de conséquences. »

Les pistes à suivre

Auteur du « Dictionnaire des supporters », Franck Bertaud préconise quelques mesures simples à effet plus ou moins immédiat. « Pour moi, ce qu’il faudrait mettre en place, c’est davantage de dialogue et si possible tenter d’évincer les personnes qui posent problème des stades de football. Il y a des associations qui existent, à tendance ultra ou autre. Il serait plus judicieux de responsabiliser ces personnes-là plutôt que de les criminaliser automatiquement, d’autant que ce n’est qu’une minorité à la base qui est mise en cause dans ces violences. Pour que ces associations soient entendues et que le dialogue soit possible, il faut en tout cas qu’elles mettent dans l’eau dans leur vin et qu’elles fassent le ménage. »

A lire aussi :

>> Rivère : « Inadmissible et inacceptable ! »

>> Supporters : Les politiques s’en mêlent

>> Nice-Saint-Etienne : Les Verts dans la tension

A.B. (avec PT)