RMC Sport

Taxe à 75 % : la « journée blanche » repoussée

-

- - -

Les clubs de football professionnels ont décidé de reporter la grève prévue pour le dernier week-end de novembre. Une décision motivée par l’ouverture d’une médiation avec le député PS Jean Galvany au sujet de la taxe à 75%.

La France ne sera finalement pas privée de football lors du dernier week-end de novembre. La journée dite « blanche » décrétée par les clubs professionnels a été repoussée. Une décision, entérinée ce jeudi lors du comité exécutif de l’UCPF (le syndicat des clubs), qui intervient au lendemain de l’ouverture d’une médiation par Jean Galvany au sujet de la taxe à 75% sur les très hauts revenus. Le député socialiste a réamorcé un dialogue jugé « très constructif » par ses interlocuteurs, deux semaines après un rendez-vous à l’Elysée où François Hollande avait affiché sa fermeté.

« Jean Glavany a une bonne compréhension du football, a expliqué Jean-Pierre Louvel, le président de l’UCPF, sur BFMTV. Il s’est montré ouvert. Il accepté que nous puissions discuter des problématiques techniques sur la taxe à 75%. Mais également sur un ou deux sujets de fiscalité qui sont très importants pour les clubs et leur compétitivité. » S’ils semblent prêts à payer ce nouvel impôt, les clubs pros souhaitent toutefois obtenir des aménagements afin d’assurer la pérennité de leurs activités.

Thiriez se veut optimiste

« Il ne faut jamais être résigné, clame Jean-Raymond Legrand, le président de Valenciennes. C’est comme lors d’un match, il faut gagner. On ne dit pas que le président doit tout annuler, mais il faut réaménager cette taxe ». En tout cas en partie. « Les entreprise football, qui sont des PME, vont par exemple payer beaucoup plus sur cette taxe que des grands groupes du CAC 40, assure Louvel. Nos bilans se font très majoritairement du 1er juillet au 30 juin, ce qui correspond à une année sportive. A l’inverse des autres entreprises qui sont sur des années civiles. Ça pose un problème de calcul. Voilà l’un des sujets qui ont été mis sur la table et pour lesquels nous souhaitons rapidement des réponses ».

En attendant, les clubs ont décidé de réintégrer la commission du football durable, présidée par Galvany. Une commission visant à améliorer la compétitivité du football français qu’ils avaient quittée le 23 octobre, à la veille de l’annonce de la grève. Un signe de rapprochement supplémentaire. « Nous avons tendu la main, Jean Glavany et Valérie Fourneyron (la ministre des Sports) l’ont saisie, se félicite Frédéric Thiriez, le président de la LFP. Maintenant, place au dialogue. On va avancer avec eux, j’en suis sûr ! »

Une menace toujours d'actualité

Un optimisme qui ne veut pas dire que le conflit est en passe d’être réglé, loin de là. La menace de grève est d’ailleurs toujours d’actualité. « La journée blanche n’est que reportée, rappelle Louvel. C’est un enjeu qui mérite qu’on donne sa chance au dialogue avant d’en arriver à une extrémité qui n’est pas celle que nous souhaitons. » Une extrémité que le championnat de France n’a plus connu depuis 1972…

A lire aussi :

>> Perri : « La taxe à 75% va détruire de la valeur fiscale et sociale »

>> Louvel : « La réunion a laissé un espoir »

>> Toute l'actualité du football

Alexandre Jaquin avec Camille Gelpi