RMC Sport

Taxe à 75% - Mounier : « Un handicap pour la Ligue 1 »

Anthony Mounier

Anthony Mounier - -

Anthony Mounier estime que la taxe à 75% sur les très hauts revenus pourrait nuire à la compétitivité du championnat de France. Le milieu de terrain de Montpellier craint que cette mesure ne favorise le PSG et freine les autres clubs de L1, notamment en Coupe d’Europe.

Le gouvernement a fait savoir cette semaine que la taxe à 75% concernerait également les clubs de football. Comment accueillez-vous cette nouvelle ?

Pour les dirigeants de certains clubs, parce que tous ne seront pas touchés, ça va être un handicap. Et pour le championnat aussi en général. Déjà que par rapport aux autres championnats étrangers, c’est devenu de plus en plus difficile d’attirer de grands joueurs en France... Avec cette taxe à 75%, ça deviendra encore plus compliqué.

Craignez-vous que ça puisse faire baisser le niveau de la Ligue 1 ?

Je ne sais pas. Mais c’est vrai que les clubs risquent d’avoir du mal à sortir de gros salaires et à retenir des joueurs qui pourront toucher la même chose à l’étranger avec un taux d’imposition moindre.

Peut-on s’attendre à une vague importante de départs si cette loi est adoptée ?

Dans l’ancienne version de la loi, où les personnes aux revenus supérieurs à un million d’euros étaient censées payer cette taxe, je pense qu’il y aurait eu de nombreux départs. Mais là, ce sont les clubs qui vont prendre la prendre en charge. Donc il faut voir. Mais c’est sûr qu’ils ne pourront pas faire de contrats supérieurs à un million d’euros pour la majorité de leur effectif avec un tel impôt.

Pensez-vous que cette nouvelle taxe peut creuser l’écart de compétitivité entre les clubs de Ligue 1 et les autres clubs européens ?

Oui, puisqu’avec le régime actuel, on a déjà du mal à voir un club français vraiment compétitif en Europe. Avec cette taxe-là, ça deviendra de plus en plus difficile de concurrencer les grosses écuries étrangères. Quand on sait qu’en plus, certains clubs européens sont en déficit de plusieurs millions d’euros et qu’on les laisse tranquille, ça risque de devenir vraiment problématique.

La pérennité de certains clubs peut-elle être mise en danger par cette mesure ?

Aujourd’hui, avec le contexte actuel, beaucoup de clubs sont en difficulté financières. Je pense que cette taxe-là ne fera que renforcer cette situation. En tout cas, ça ne va pas accroître la compétitivité du championnat français, ça c’est clair.

Le PSG sera certainement l’un des seuls clubs à pouvoir continuer à assumer une masse salariale importante avec la taxe à 75%. Craignez-vous que cette loi profite au club de la capitale ?

C’est sûr qu’au niveau financier, le PSG n’a pas de soucis. Malgré tout, si cette taxe passe, ils réfléchiront peut-être à deux fois avant de proposer des gros contrats à certains joueurs parce que ça va les obliger à sortir énormément d’argent. Maintenant, ils sont capables de le faire s’ils en ont envie. Les autres clubs ne pourront pas faire les mêmes efforts pour garder leurs joueurs. Donc Paris risque de faire un championnat tout seul et les 19 autres équipes se disputeront les places restantes.

Cette taxe est-elle un sujet de conversation au sein du vestiaire ?

Non, franchement on n’en parle pas trop. On l’a fait un peu au début quand la taxe devait concerner les gens qui gagnent plus d’un million d’euros par an. A Montpellier, je ne pense pas qu’il y ait énormément de joueurs dans ce cas-là. Aujourd’hui, ce sont plus les dirigeants qui vont devoir trouver une solution. A part Paris et peut-être Monaco (Ligue 2, ndlr), s’ils arrivent à régler le problème de leur siège social en France, beaucoup d’équipes risquent de perdre leurs meilleurs joueurs car ils ne pourront plus leur garantir un gros salaire.

A lire aussi :

>> INFOGRAPHIE : la taxe à 75% appliquée au PSG

>> Taxe à 75% : la théorie de la « catastrophe »

>> Lorient - Le Lan : « Pas touché par la taxe à 75% »

Propos recueillis par Alexandre Jaquin