RMC Sport

Tigana, une démission… sinon rien ?

-

- - -

L’entraîneur des Girondins aurait laissé entendre qu’il ne terminerait pas la saison avec son équipe. Jean-Louis Triaud et Nicolas de Tavernost semblent bien décidés à le convaincre de rester. Dénouement attendu ce lundi.

Sur les deux premiers buts de son équipe, il n’a même pas serré le poing. Quelques minutes plus tard, malgré la victoire des Girondins face à Auxerre (3-0), il est apparu totalement désabusé en conférence de presse. Plus que jamais, Jean Tigana s’interroge. Comme perdu après une semaine agitée, marquée par le départ de Michel Pavon et la grogne des supporteurs, au cœur d’une saison qui l’est tout autant.

L’entraîneur des Girondins aurait même laissé entendre à des proches qu'il arrêtait, lassé de ses relations difficiles avec son groupe. Pas vraiment une première. Il avait déjà souhaité démissionner à deux reprises cette saison : face à ses joueurs à la mi-temps de Bordeaux-Lens en décembre (Lens menait 2-0 et les deux équipes ont finalement fait match nul 2-2, ndlr) et après OM-Bordeaux en janvier (victoire 2-1 des Marseillais, ndlr). Sauf que cette fois-ci, la décision semble plus réfléchie.

Triaud : « Pour moi, il n’y a pas de débat »

Face à son groupe, dans le vestiaire, il est resté muet. Mais certains membres de l’effectif ont tout de même noté son peu d'enthousiasme pendant la rencontre. « Ça va mieux, mais on se pose des questions, comme le coach, reconnait le milieu de terrain Fahid Ben Khalfallah. On espère qu'il continue et qu'il finisse au moins la saison. On est dans le même bateau. Ce sont les joueurs les premiers fautifs... » Un discours qui va de pair avec celui de Wendel – « On espère qu’il reste » – et, semble-t-il, du reste de l’effectif.

Jean-Louis Triaud, lui, ne fait pas du départ de son entraîneur une question d’actualité. « Si ça ne dépendait que de moi, il resterait, glisse-t-il. Mais je ne peux pas prendre de décision à sa place. Pour moi, il n’y a pas de débat. » De retour de vacances, le président bordelais n’a plus que quelques heures pour convaincre Jean Tigana de continuer l’aventure avec le club bordelais. La décision se fera sans doute ce lundi, en marge de la rencontre entre Nicolas De Tavernost et les joueurs, organisée pour leur « remonter les bretelles » après la défaite à Lorient (1-5) le week-end dernier.

L’administrateur du club, attendu en fin de matinée au Haillan, et son président devraient en profiter pour presser leur entraîneur de ne pas les laisser tomber, alors que la saison est déjà plus qu’entamée et qu’une solution de remplacement est loin d’être évidente (voir par ailleurs). Mais l’intéressé en a-t-il encore envie ?

Le titre de l'encadré ici

|||

Qui pour le remplacer ?

Pas facile de trouver un successeur à Jean Tigana en plein milieu de saison. Mais si l’entraîneur bordelais venait à renoncer, ses dirigeants seront bien obligés d’activer quelques pistes. Le problème, c’est que les entraîneurs français libres actuellement ne sont pas légion.

Première solution : promouvoir Eric Bedouet. Très apprécié par tous les entraîneurs qu’il a côtoyés à Bordeaux, d’Elie Baup à Laurent Blanc, en passant par Ricardo, le préparateur physique du club a même failli rejoindre le staff de l’équipe de France en 2010. Il a pour lui son expérience et sa parfaite connaissance des rouages de la maison bordelaise. Mais il pâtit aussi d’une image d’éternel numéro deux, qui peut entraîner les réticences de ses dirigeants.

Comme toujours, quand le poste d’entraîneur est susceptible de se libérer aux Girondins, le nom de Rolland Courbis revient avec insistance. Ses dernières heures, son téléphone n’a pas cessé de sonner. « Il sonne déjà beaucoup, de toute façon ! », s’amuse-t-il. Avant de reprendre plus sérieusement, quand on l’interroge sur son intérêt pour le poste : « Ça me gêne qu’on me parle d’un gars toujours en poste, que j’aime bien et que je connais bien.  Poser sa démission, ça ne veut pas dire démissionner. Il l’a déjà fait deux fois et à  mon avis, il va le faire une troisième fois. » Les noms d’Alain Perrin et de Jean Fernandez sont aussi cités. Mais pour ce dernier, en poste à Auxerre, davantage dans l’optique de la saison prochaine.