RMC Sport

Toulalan : « Finir ma carrière à Lyon ? Pourquoi pas... »

-

- - -

Le milieu de terrain lyonnais s’exprime rarement dans les médias. Après une année 2010 délicate, encore marqué par le fiasco sud-africain, il entame la deuxième moitié de la saison avec une envie retrouvée. Au point d’envisager, à 27 ans, un CDI entre Saône et Rhône.

Jérémy Toulalan, êtes-vous soulagé que l’année 2010 soit enfin terminée ?
S’il y en a un qui voulait que ça se termine, c’était bien moi. Il y a plus de plaisir, notamment contre Lorient (3-0). Ça faisait un petit moment qu’on n’avait pas été aussi bon dans le jeu. C’est plus facile de reprendre de la confiance et du plaisir. Quand la tête va mieux, on est mieux sur le terrain. J’ai déjà eu des difficultés dans ma carrière. A chaque fois, j’ai toujours réussi à revenir plus fort. Ça ne me dérange pas de faire des passages comme ça, même si celui-ci a été un peu long. Le club m’a aidé. Je ne suis pas quelqu’un qui parle énormément de mes problèmes. Le seul qui pouvait m’en sortir, c’était moi. C’est ce que j’essaye de faire.

Entre la Coupe de France, ce dimanche à Nice (20h45) et le championnat, quelle est votre priorité ?
La priorité des priorités, c’est de finir dans les trois premiers. Ensuite, nous voulons gagner un titre. Forcément, on voudrait le championnat, qui nous échappe depuis deux ans. Mais si on arrive à avoir la Coupe de France, ça nous convient aussi.

Lille semble être un candidat sérieux dans la course au titre…
Lille a quatre points d’avance et est performant dans le jeu. Mais pour aller le plus loin possible, les Lillois doivent éviter les blessures. Lyon possède l’effectif pour être le plus fort. Mais il faut le montrer sur le terrain et sur la durée. En même temps, quand on a joué Lille à Gerland, on a gagné 3-1 (9e journée, le 17 octobre, ndlr).

I« Les Bleus ? Je ne regarderai pas la liste »

A l’époque, les supporters avaient déployé une banderole « Puel démission » à Gerland. Elle est toujours là…
Aujourd’hui, ça fait plus sourire qu’autre chose. Autant ça a pu le toucher à un moment donné, autant on est performant aujourd’hui. Je n’ai pas grand-chose à dire là-dessus. Je trouve ça un peu dommage, mais chacun a le droit de s’exprimer. (Hésitant) Ça pouvait peut-être plus se comprendre avant que maintenant.

Les négociations sur votre prolongation de contrat ont-elles avancé ?
Avec le président, j’ai eu une discussion il n’y a pas si longtemps. On est dans une relation de confiance. Je sais ce que le club m’a apporté. Je pense avoir été performant jusque-là, en dehors de ces six derniers mois. A ce moment-là, le club a été présent et m’a beaucoup aidé. On va se mettre d’accord pour que chaque partie soit contente. Ça ne me dérangerait pas de finir ma carrière à Lyon. Même si on n’a pas accroché de titre depuis deux ans, ça reste le plus grand club français du moment. Si je peux prolonger, je vais le faire.

Allez-vous jeter un œil à la liste de Laurent Blanc pour le match amical contre le Brésil (le 9 février au stade de France, ndlr), sachant que vous n’êtes pas revenus chez les Bleus depuis la Coupe du monde ?
Non. Avant, je ne les regardais pas non plus. Ma priorité, c’est d’être le plus performant possible avec mon club. Si ça doit revenir, ça reviendra.

E. J., à Lyon