RMC Sport

Toulouse: Kombouaré licencié après la série catastrophique du TFC

Le Téfécé a décidé ce dimanche de mettre un terme au bail d'Antoine Kombouaré après la défaite de l'équipe en Coupe de France face à un club amateur. Une déroute qui laisse Toulouse sur dix défaites de rang.

L'humiliation de trop... Au lendemain de l'élimination en Coupe de France aux amateurs de Saint-Pryvé-Saint-Hilaire (0-1), le club de Toulouse a choisi de démettre Antoine Kombouaré de ses fonctions d'entraîneur de l'équipe première ce dimanche matin.

Le Téfécé reste sur une série de dix défaites consécutives et le 32e de finale de Coupe de France a notamment été marqué par la colère des supporters des Violets et des heurts avec les forces de l'ordre.

Denis Zanko, actuel directeur technique du centre de formation, dirigera l'entraînement du groupe professionnel jusqu'à nouvel ordre et le président Olivier Sadran tiendra une conférence de presse lundi après-midi.

Kombouaré n’a pas trouvé la clé

Nommé le 14 octobre dernier pour tenter de redresser la barre après un début de saison difficile, Antoine Kombouaré n'a pas réussi à relancer le club de la Ville rose.

En treize matchs toutes compétitions confondues sous la direction de l'ancien entraîneur du PSG, Toulouse ne s'est imposé qu'à deux reprises (pour 11 défaites). Habitué à serrer le jeu, Antoine Kombouaré n'aura rien pu faire pour imperméabiliser la défense des Pitchouns (30 buts encaissés). Pire, sous la férule de l'ancien défenseur, le Téfécé a glissé de la 18e à la 20e place du classement en Ligue 1.

Kombouaré pas assez impliqué?

Un peu plus de six mois après avoir réussi l'opération maintien avec Dijon, Antoine Kombouaré aura donc échoué dans sa mission à Toulouse. Certains lui ont même reproché une attitude un peu dilettante lors de son passage sur le banc du Téfécé.

Son successeur dont le nom n'a pas encore filtré devra avant tout redonner confiance à un groupe en crise. Durant le mois à venir, les Toulousains tenteront de se relancer face à Brest, Lyon, Amiens et Strasbourg.

Jean-Guy Lebreton