RMC Sport

Tour de France des clubs (20/20) : le PSG redouble d’appétit

Zlatan Ibrahimovic

Zlatan Ibrahimovic - -

Champion de France pour la première fois depuis 19 ans, le PSG a vécu une intersaison mouvementée avec la succession de Carlo Ancelotti et le départ de Leonardo. Mais tout semble rentré dans l’ordre pour le grand favori de la Ligue 1 avant l’entame de la saison.

Comme il en a pris l’habitude depuis deux ans, le PSG a encore beaucoup dépensé lors du mercato : 114 millions d’euros au total avec les arrivées d’Edinson Cavani (64 M€), Marquinhos (35 M€) et Lucas Digne (15 M€). Trois arrivées de poids qui renforcent un effectif déjà exceptionnel et qui participent à faire du PSG le prétendant naturel à sa propre succession, après le premier titre de champion de France décroché depuis 19 ans. Pourtant, l’aspect sportif a souvent été occulté depuis la fin de saison dernière. En raison de nombreux feuilletons. Celui de la succession de Carlo Ancelotti, d’abord, dont le départ vers le Real Madrid a mis du temps à être officialisé. Après avoir essuyé de nombreux refus, Nasser Al-Khelaïfi et Leonardo ont finalement appelé Laurent Blanc à la rescousse pour s’asseoir sur le banc parisien.

Le directeur sportif brésilien a ensuite réglé son cas personnel en démissionnant de ses fonctions. Vexé par la lourde suspension infligée par la Ligue, « Leo » a quitté le navire en ayant d’abord pris le soin de finaliser les gros transferts du club et de sécuriser l’avenir des stars déjà présentes. Car ce PSG, nouveau riche, a appris à subir les nombreuses offensives des géants européens sur ses joueurs tout en parvenant à trouver des accords pour les prolongations de Thiago Silva et de Marco Verratti avant celles attendues de Zlatan Ibrahimovic et de Blaise Matuidi. Une fois toutes ces nouvelles actées, Paris a retrouvé le calme et remporté, poussivement, son premier titre de la saison le week-end dernier face à Bordeaux (2-1), lors du Trophée des champions.

Blanc : « Une pression supplémentaire »

Comme les propriétaires qataris ont fixé à Laurent Blanc l’objectif de faire mieux que son prédécesseur, le programme est copieux: conserver le titre, atteindre voire franchir les quarts de finale de Ligue des champions et gagner au moins une coupe nationale. « Ce qui a été fait l’année dernière, c’est très bien, convient Blanc. Mais c’est une autre saison avec des joueurs nouveaux et un nouvel entraîneur. Tout le monde va dire que le minimum, c’est d’être champion de France. Ça ajoute une pression supplémentaire et c’est logique. » Alors que le rêve des investisseurs qataris se nomme toujours Arsène Wenger, l’ancien sélectionneur de l’équipe de France sait que sa marge d’erreurs est infime. D’autant que le club parisien a présenté à la DNCG un budget record de 400 millions d'euros pour la saison à venir. Chiffre jamais atteint par aucun club français et qui est le fruit du fameux contrat d'image avec Qatar Tourism Authority, qui rapportera entre 150 à 200 millions d’euros chaque année jusqu'en 2016.

Ce n’est pas nouveau, le club le plus riche de France a les moyens de ses ambitions. Mais la concurrence s’est aiguisée avec l’arrivée de l’autre nouveau riche du football français, Monaco, et le recrutement de valeurs sûres opéré par l’OM. D’où l’importance de ne pas perdre de temps au démarrage. « On avait fait un très mauvais départ la saison dernière, rappelle Christophe Jallet. On ne veut pas refaire les mêmes erreurs. On est concentré sur l’objectif de ce premier match difficile à Montpellier. On a envie de se lancer sur de meilleures bases que la saison passée. »

A lire aussi :

>> Blanc : « Des joueurs sont susceptibles de quitter le PSG »

>> Décision jeudi pour Cavani

>> Motta absent à l’entraînement

Le titre de l'encadré ici

Le nuage noir du fair-play financier|||

Alors que le ciel du PSG semble être au beau fixe, un énorme nuage pourrait assombrir l'horizon du club de la capitale. Dans les prochaines semaines, la commission du fair-play financier de l'UEFA va s'intéresser de près à tous les contrats du PSG et notamment celui qui le lie à QTA et qui lui assure un revenu astronomique de 150 à 200 millions d'euros par an jusqu'en 2016. Selon nos informations, ce contrat pourrait ne pas être validé (en tous cas pas en totalité) par les membres de cette commission. L'UEFA pourrait donc infliger au PSG une sanction si elle estime que le club ne respecte pas les règles du fair-play financier. Différentes sanctions seraient possibles: amende, gel des primes de Ligue des Champions, suspension provisoire de Coupe européenne…

NC avec LB et MBo