RMC Sport

Triaud : « Maintenant, ça suffit ! »

-

- - -

Après les sévères critiques de Francis Gillot à l’égard de ses joueurs après la défaite à Lyon (3-1) samedi, le président des Girondins enfonce le clou. Le patron du club aquitain attend une réaction d’orgueil. Dès la réception de Montpellier samedi.

Jean-Louis Triaud, votre entraîneur, Francis Gillot, s’est montré extrêmement sévère à l’égard de ses joueurs après la défaite à Lyon. Comprenez-vous sa colère ?

Je ne vois pas comment il pourrait les féliciter. S’il le fait, je le fais enfermer tout de suite !

Certains entraîneurs cherchent à protéger leur groupe…

Ce sont des conneries. Vous pensez que les gens sont dupes ? Si Francis avait dit que son équipe avait fait un bon match, l’aurait-on cru ? Ce qu’il a dit n’étonne personne.

En critiquant publiquement ses joueurs, ne risque-t-il pas de créer une fracture avec son groupe ?

Que voulez-vous qu’il fasse ? C’est le troisième entraîneur qui passe durant notre mauvaise période de 20 mois (après Blanc et Tigana, ndlr). Un jour, on va parler de la pelouse, du ballon… On ne peut pas toujours trouver des excuses et être en conflit avec l’entraîneur parce qu’il dit qu’il n’est pas satisfait du rendement. Francis a raison. Les joueurs vont faire ce qu’il faut pour changer. Ce dont je suis sûr, c’est que je ne joue pas, Francis Gillot non plus, pas plus que le cuisinier du club ni l’intendant qui amène les maillots. Les responsables, il faut les chercher sur le terrain.

« Je ne joue pas, Gillot ne joue pas, le cuisinier du club non plus… »

Sentez-vous un sentiment de révolte au sein du groupe ?

S’ils sont contents d’eux, ça va mal ! Ils se rendent bien compte qu’il va falloir se bouger. Mais il n’y a pas de révolution à faire, simplement, il faut réagir. On n’est pas alarmiste, ni particulièrement pessimiste mais maintenant, ça va bien. Ça suffit ! Il y a 500 joueurs en L1, on ne va pas me faire croire que les seuls qui n’ont pas de caractère sont à Bordeaux.

Le groupe est-il soudé ?

Oui. Ce sont des joueurs qui vivent plutôt bien ensemble. Mais quand les résultats ne tournent pas, chacun a tendance à se refermer sur lui-même. Dans ces cas-là, l’entente est bonne mais chaque joueur est replié sur sa propre performance.

Les incitez-vous à communiquer davantage ?

Oui, on essaie. Mais on sait que pour sortir de cette situation, il faut enchaîner au moins deux résultats positifs. Si c’est le cas, le climat évoluera. La communication aussi. Les joueurs seront moins stressés. Il faut les inciter à être plus détendus. Les critiques des dirigeants, de l’entraîneur, du public ou de la presse ne les laissent pas indifférents.

Avec humour, vous affirmiez il y a une semaine que la batte de base-ball vous faisait envie. C’est toujours d’actualité ?

Oui, mais ce serait pour taper sur ma propre tête (rires) !

Le titre de l'encadré ici

Tigana : « Aucune animosité contre Bordeaux »|||

Muet depuis son départ des Girondins début mai, l’ancien technicien bordelais affirme ne pas avoir de commentaire à faire sur l’équipe de son successeur, Francis Gillot. Pourtant, il n’est pas si « déconnecté » que ça…

Peu disert depuis son départ des Girondins de Bordeaux début mai, Jean Tigana suit de loin le début de saison calamiteux de son ancienne équipe : « Je n’ai même pas regardé un match, a-t-il confié ce lundi à RMC Sport. Je me doute que la situation n’est pas bonne car j’ai des amis qui me téléphonent. J’en discute avec le président (Jean-Louis Triaud), point à la ligne. Je n’ai aucune animosité. J’ai gardé des très bons rapports avec tout le monde. » On lui rappelle que Francis Gillot a allumé ses joueurs samedi après un nouveau revers à Lyon (3-1), Tigana lance : « Je n’ai rien vu, rien entendu et même rien lu. » Difficile à croire.

Parti dans une extrême confusion après un dramatique Bordeaux-Sochaux (0-4) à Chaban-Delmas début mai, l’ancien technicien de Monaco et de Fulham n’est pas si « déconnecté », selon ses dires, que ce qu’il laisse penser. « Souvenez-vous, notre saison avait aussi très mal démarré l’an passé, lâche-t-il. Le championnat n’est pas fini. » Après huit journées, l’équipe de Tigana, 10e, comptait 11 points. Celle de Francis Gillot est 14e avec quatre unités de moins.