RMC Sport

Un PSG déjà intouchable ?

-

- - -

Leader de la L1 après huit journées, le club parisien continue sa montée en puissance. Transcendés par les coups d'éclat de Pastore, les hommes d'Antoine Kombouaré sont d'évidents candidats à la Ligue des champions. Et au titre de champion tout court, même s'ils refusent de s'enflammer.

C’était le tube de l’été. Un refrain repris en chœur par l’entraîneur, les joueurs et le staff du PSG. Tous à réclamer la même chose. Du temps. Un peu moins de deux mois plus tard, et au lendemain de la large victoire parisienne à Montpellier (3-0), ancien leader jusque-là impérial sur sa pelouse, le constat s’impose : il n’en aura pas fallu tant que ça au club de la capitale pour trouver ses marques et assumer les attentes accrochées à son nom suite à son recrutement estival. Porté par le génie de Javier Pastore, capable de débloquer un match en un coup de patte, le PSG réalise son meilleur début de saison depuis… 1997-1998. Un parcours de candidat à la qualification pour la Ligue des champions. Voire mieux. Déjà en tête de la Ligue 1 avec 17 points, le club parisien va recevoir l’OL dimanche prochain et pourrait profiter de ce choc au sommet pour prendre seul les commandes. Et envoyer un message fort aux 19 autres équipes. En route vers le titre ?

Si les faits tendent vers une réponse positive, les intéressés ne sont pas du genre à mettre la charrue avant les bœufs. « Le chemin est encore très long, semé d’embûches et il faut être capables de répéter ce genre de matches, lance Antoine Kombouaré. On reste sur une série impressionnante avec huit victoires et un nul en neuf matches. Mais nos matches sont des tests tous les week-ends. Quand on est le PSG, il faut répondre présent tout le temps et donc ne jamais se relâcher. Peu importe notre classement aujourd’hui, il faut continuer de travailler pour avoir le meilleur classement possible en fin de saison. On n’est qu’à la huitième journée, le chemin est encore tellement long… Gardons les pieds sur terre. » Mais l’entraîneur ne peut s’empêcher de surfer la vague du dithyrambe à l’heure d’évoquer ce diable de Pastore, auteur de deux buts à Montpellier dont une volée splendide (l’Argentin en est déjà à quatre en L1) : « Il met la barre très haut. C’est un peu à l’image de mon équipe : on n’a pas de limites ! Mais il reste à gagner des trophées. »

Kombouaré se dit déjà « comblé »

Une quête qui s’annonce d’autant plus compliquée que chaque équipe va désormais rêver de faire chuter la kyrielle d’étoiles du PSG. « Les supporters vont devoir s’habituer à des matches compliqués, à l’instauration d’une certaine jalousie qu’on ne connaît pas seulement dans le foot mais chez l’être humain en général, juge Rolland Courbis, membre de la Dream Team RMC Sport. Mais le PSG a un groupe suffisant, en qualité comme en quantité, pour affronter ça. » Un avis partagé par Blaise Matuidi : « On a la qualité pour répondre présent à chaque match. Les équipes sont à 120% ou 140% contre nous mais on monte en puissance. A Montpellier, on a aussi montré qu’on était costaud défensivement et le talent a une nouvelle fois fait la différence devant. » Kombouaré ne s’en cache pas : « Je suis un entraîneur comblé ». Et ce n’est peut-être qu’un début.