RMC Sport

"Valbuena comme jamais": "Je suis soit aimé soit détesté"

Mathieu Valbuena est l’invité exceptionnel du troisième épisode de "Comme Jamais" ce mercredi 20 novembre à 21h sur RMC Sport 1. Le milieu de l'Olympiacos a accepté d’évoquer son personnage, aussi clivant qu’attachant dans le football français.

Exilé en Grèce du côté de l’Olympiacos, Mathieu Valbuena a accepté de recevoir les caméras de RMC Sport pour se confier en toute franchise et évoquer son immense carrière sous le maillot de l’équipe de France, de l’OM ou Lyon. 

Dans un numéro inédit de l’émission "Comme Jamais" diffusé ce mercredi soir dès 21h sur RMC Sport 1, l’ancien meneur de jeu des Bleus a évoqué sa cote de popularité et les nombreux sentiments qu’il a suscité depuis ses débuts chez les pros. "Je peux être quelqu’un d’attachant mais aussi quelqu’un de détestable. Le problème avec moi c’est qu’il n’y a pas de juste milieu, a concédé le milieu offensif de 35 ans. Je suis soit aimé soit détesté et cela a souvent été comme ça."

Lacazette chambrait Gonalons à cause de lui

Et l’ancien chouchou du Vélodrome est notamment revenu sur une drôle d’anecdote datant de son passage à l’Olympique Lyonnais entre 2015 et 2017. Haï par certains Baby Gones en raison de son passif chez le rival phocéen, Mathieu Valbuena s’est finalement fait de bons amis dans l’effectif rhodanien. "Je me rappelle quand je suis arrivé à Lyon, Maxime Gonalons ne pouvait pas me voir. Peu de monde pouvait me voir, mais bon… Et à force, j’ai connu Max au quotidien, a poursuivi le Français de l’Olympiacos auprès de Mohamed Bouhafsi. J’ai été parfois chez lui."

>> "Comme Jamais" c'est exclusivement sur RMC Sport

Et la belle relation entre "petit vélo"et l’ancien capitaine lyonnais a visiblement bien amusé Alexandre Lacazette qui se moquait gentiment du milieu récupérateur. "Alex le chambrait en lui disait que maintenant il traînait avec Valbuena alors que par le passé il m’insultait avant les matchs, s’est encore amusé l’international aux 52 sélections. Maxime répondait que oui parce que maintenant il m’aimait bien et que j’étais son pote."

"Comme Jamais"