RMC Sport

Valbuena : « Il faut prendre chaque match comme un combat »

Mathieu Valbuena

Mathieu Valbuena - -

Le petit lutin marseillais revient sur l’élimination de l’OM en Coupe de France face à Evian-Thonon-Gaillard. Il évoque aussi les défauts de son équipe et tire le signal d’alarme avant d’entamer la grande ligne droite du championnat.

Mathieu Valbuena, l’élimination à Evian en 32e de finale de Coupe de France a-t-elle laissé des traces ?

On n’entame pas cette année de la meilleure des manières. On est venu là-bas pour se qualifier et se rassurer. Et on ne s’est pas rassuré. On se met même un peu le feu. Il n’y a pas de crise. Mais il va falloir se remettre au boulot.

Croyez-vous encore au titre ?

J’y crois. Mais il va falloir progresser sur un facteur : c'est qu'il faut prendre chaque match comme un combat et se mettre le cul par terre. C’est ce qu’on n’a pas retrouvé à Evian par exemple. Il y a la qualité, mais ça ne suffit pas. L’an dernier, on a été champion de France en ayant un objectif commun. On a vécu une seconde partie de saison exceptionnelle après être mal parti. Mais on ne va pas rattraper ça tout le temps. Cela passe par l’état d’esprit. C’est dur de confirmer après un titre mais il faut faire 10% de plus que l’an dernier. Lyon a été champion de France sept fois. C'est ça la culture de la gagne.

Votre série en championnat, quatre nuls et une défaite sur les cinq dernières journées, n’est pas fameuse. Cela vous inquiète-t-il ?

Sur un plan comptable, on n’a pas le parcours pour être champion. Aujourd'hui, il y a des équipes qui jouent mieux que nous. L’an dernier, on avait une cohésion de groupe. Cette saison, la cohésion y est, mais de temps en temps seulement. Pas sur tous les matches.

Le stage a-t-il été profitable justement au niveau de la cohésion ?

On a bien travaillé. On n’a pas eu de réunion formelle. Il reste quatre cinq mois. On doit surtout se serrer les coudes. C'est une grande ligne droite. On vit bien ensemble, mais il faut que ça se traduise sur le terrain. Espérons que cette gifle face à Evian nous fasse prendre conscience de certaines choses.

« Je crains Lyon et Lille »

Didier Deschamps attend beaucoup plus de ses attaquants…

Forcément. Pour gagner des matches il faut marquer. Il faut retrouver l’efficacité. Dédé (Ndlr : Gignac) n’est pas en confiance. Il suffirait qu’il plante un ou deux buts pour que ça revienne. Je lui ai dit qu’il ne fallait pas qu’il s’obstine dans tous ses matches à se dire qu’il va marquer. Il fait énormément d’efforts. Il a faim. Pareil pour Loïc (Ndlr : Rémy). On connaît l’exigence et l’impatience ici. Et puis c’est difficile de passer derrière Mamad parce qu’il a marqué beaucoup de but. La confiance peut vite revenir, mais en marquant rapidement.

Quelle équipe craignez-vous le plus pour le titre ?

Pour moi, c'est Lyon. Ils sont toujours présents. Pas mal de monde avaient enterré les Lyonnais. Et ils sont revenus. Ils ont l’effectif pour. C’est une grande équipe. Et on peut rajouter Lille qui produit du très beau jeu.