RMC Sport

Villeneuve : « On sait ce que l’on veut »

-

- - -

Avec la signature de Stéphane Sessegnon, le PSG a enfin lancé sa campagne de recrutement. Le président parisien Charles Villeneuve fait le point et tient à calmer l’impatience des supporters rouge et bleu.

Charles Villeneuve, on parle d’une conclusion heureuse pour les dossiers Giuly et Makelele. Qu’en est-il ?
Je lis pas mal de choses notamment sur les sommes qui sont avancées. Je pense qu’elles sont loin de la réalité. Maintenant, je ne vous confirme pas que je négocie directement avec Giuly et Makelele.

Certains observateurs estiment que le PSG traîne un peu la patte dans son recrutement estival…
Mais moi, je ne trouve pas que le mot trainer soit approprié. Nous, nous avons un rythme, nous avons un objectif. Nous tiendrons nos objectifs aussi bien concernant l’identité des joueurs que sur le plan financier. C’est notre rythme.

Après deux années catastrophiques en championnat, les supporters pourraient ne pas partager votre patience.
Les supporters seront, je l’espère, heureux dès lors qu’on aura fini notre recrutement et que nous aurons des résultats. C’est dans cette perspective-là que nous travaillons. Je peux comprendre leur impatience. Mais vu nos ambitions et nos objectifs, je ne crois pas qu’il faille montrer de l’impatience. Je crois qu’il faut en revanche se montrer très précis. On ne va pas se démarquer de cette précision sous prétexte de satisfaire les impatiences. Repartir du bon pied demande du temps. Prendre son temps ne veut pas dire que l’on traîne. On sait ce qu’on veut et l’on tient à rester précis tout au long des négociations.

Que s’est-il passé dans le dossier Basa, pourtant bien avancé il y a encore quelques jours ? On parle d’un revirement du joueur.
Mais je ne pense pas que ce soit un revirement du joueur. Ce n’est pas comme ça que je l’ai compris. Premièrement, le PSG n’est pas une vache à lait. Ensuite, partant du principe que l’envie de Basa de venir au club n’était pas aussi profonde que celle de son ex-partenaire au Mans, Sessegnon, j’ai personnellement décidé de dissocier les dossiers. Celui de Sessegnon s’est réalisé. Celui de Basa s’est éloigné. La différence entre Basa et Sessegnon, c’est que l’un était animé d’un profond désir de venir au PSG et l’autre s’est lancé dans des spéculations qui ne me convenaient absolument pas. Le PSG souhaite enrôler des joueurs qui veulent défendre ses couleurs. On ne vient pas au PSG juste pour engranger des salaires.

Quid de Lilian Thuram ?
Pour l’instant, ça continue. Il est venu pour le match de France 98. Il a vu le docteur Rolland et il revient le 27-28 juillet pour les résultats définitifs. Mais vous savez, c’est assez long. Les délais ont été en plus fortement compressés. En général, le croisement des codes génétiques se fait en six mois alors que là cela va se passer en un mois. Donc, les résultats primeront. Mais il ne faut pas croire que cela va être soit vert, soit rouge. Cela peut être orange aussi… De toute façon, ce sera à lui de prendre la décision. Je ne pense pas qu’il prenne le moindre risque non plus.

Pauleta a encore affirmé son envie de jouer un rôle au club, soit en tant que joueur, soit dans l’organigramme du PSG.
Ecoutez, je l’ai vu il y a une heure. Il souhaiterait être ambassadeur du club… c’est ce qui est prévu déjà. Après, en tant que joueur, la personne la mieux placée pour vous répondre est Paul Le Guen. Je ne suis pas là pour faire l’équipe le samedi et le dimanche. Je suis là pour mettre en place et assurer une politique sportive pour le club.

L’arrivée de Stéphane Sessegnon signifie quoi pour vous ?
Il avait un désir profond de venir au PSG et il me semble que c’est la règle de base en football et en matière de transferts. Ne viendra ou ne viendront au PSG d’ailleurs que les joueurs qui ont envie d’y évoluer. C’est une pierre importante de l’édifice que nous essayons de construire et que nous parviendrons à construire au moins au niveau des joueurs. Le groupe est complémentaire et Sessegnon faisait partie de l’attaquant, du milieu offensif que l’on souhaitait enrôler. Au début, les négociations ont été âpres pour ne pas dire très délicates avec Henri Legarda. Puis finalement, le ciel s’est éclairci assez rapidement avec le président du Mans. D’ailleurs, cela a été très agréable de parler avec lui.

Si on vous suit, le recrutement du PSG progresse sereinement donc.
Tout va bien. Je pense que dans les jours, les semaines qui viennent, on aura terminé cet édifice. Bien sûr, il y a un championnat qui démarre le 9 août, mais on sera prêt le 9 août.

La rédaction - Mathieu Dalzovo