RMC Sport

Vol d'une bâche de supporters rennais: 8 à 12 mois de prison requis contre des ultras du PSG

Les supporters du Stade Rennais

Les supporters du Stade Rennais - ICON Sport

Des peines allant de huit à douze mois de prison avec sursis ou ferme ont été requises mercredi à Rennes à l'encontre de quatre supporteurs du PSG accusés d'avoir commis un vol avec violence d'une bâche appartenant aux ultras du stade rennais.

Le 22 septembre 2021, un membre du Roazhon celtic kop (RCK) rentrait au domicile de ses parents à Breteil (Ille-et-Vilaine) après la rencontre Rennes-Clermont. Vers 01h du matin, il dit avoir été agressé et a constaté que la bâche, qui a une valeur de totem dans le milieu codifié des ultras du foot, avait été volée dans sa voiture.

Quatre hommes âgés de trente à quarante ans, dont trois avec des casiers judiciaires, étaient jugés au tribunal judiciaire de Rennes pour vol avec violence n'ayant pas entraîné d'ITT. La victime, qui n'a pas déposé plainte, n'était pas présente à l'audience.

Aucun des prévenus n'a reconnu faire partie intégrante de Karsud, présenté par la juge comme un groupe de supporteurs "né en 1993 suivant l'équipe du PSG en tribune Auteuil et qui depuis 2017/18 a quitté les tribunes pour se consacrer uniquement à des confrontations de rue et à du vol de matériel", et que les enquêteurs ont soupçonné être derrière ce délit.

"Une blague qui a mal tourné"

"Je reconnais le vol mais sans violence: il a paniqué en nous voyant, son coffre était ouvert et j'ai pris les sacs", a expliqué l'un des prévenus, évoquant une "blague qui a mal tourné", sans préméditation. Aux questions de la juge sur la manière dont ils ont eu l'adresse et sur ce qu'ils comptaient faire de l'objet volé, les prévenus sont restés évasifs.

Le substitut du procureur de la République Alex Dehays a rappelé le climat de violences dans les stades de football en France avec une hausse des interpellations. "C'est un vol préparé avec violence, pas un vol d'opportunité. On n'attend pas 4 heures (dans une voiture), on ne fait pas 7h35 de route par hasard" de Paris jusqu'en Bretagne, a lancé le ministère public, soulignant les "inimitiés" entre les supporteurs des deux clubs et qu'un vol de bâche "était générateur de vengeance".

Ce sont "des faits graves même si la valeur pécuniaire est faible", a dit M. Dehays, réclamant "une peine dissuasive". Me Olivier Pacheu, avocat de l'un des prévenus, s'est demandé "jusqu'où va-t-on criminaliser le supportérisme ?", dénonçant une "justice de prévention". Le jugement a été mis en délibéré au 21 décembre.

Mathieu Idiart avec AFP Journaliste RMC Sport