RMC Sport

Wendel : « On parlera du titre après Lyon »

-

- - -

Wendel, le milieu bordelais, aborde avec sérénité mais aussi beaucoup d’envie le choc de dimanche face à Lyon. Le Brésilien pense qu’une victoire face à l’OL permettrait aux Girondins de se positionner une bonne fois pour toutes dans la course au titre.

Wendel, en faisant match nul contre Monaco le week-end dernier, Lyon a sans doute plus la pression pour ce déplacement en Gironde ?
Oui, mais ce club connaît cette pression. Lyon joue tout le temps contre le Barça, contre le Bayern Munich. Les Lyonnais ont l’habitude des matches importants. L’OL est sept fois champion de France. S’ils font un faux pas chez nous et que Marseille l’emporte le week-end prochain, la situation sera compliquée d’autant qu’il y aura ensuite un choc entre les deux équipes. Je pense que ce match sera très important pour les Lyonnais. Ils ont un meilleur effectif, le meilleur budget de France… mais nous aussi on a de l’ambition. On va tout donner et on fera en sorte d’obtenir les trois points.

Le match décisif face à Lyon puis, la semaine suivante, la finale de la coupe de la ligue : qu'est-ce qui change dans la préparation quand on aborde ce genre de semaine ?
Les joueurs sont plus attentifs à tout. A l’entraînement et même à l’extérieur, on fait attention. On essaie de bien travailler. On ne parle pas beaucoup mais je sens dans le regard des autres joueurs de l’équipe qu’on est dans une semaine importante. Si on négocie bien la quinzaine qui nous attend, on connaîtra une fin de saison vraiment géniale.

Bordeaux est la formation la plus efficace du championnat dans le domaine des coups de pied arrêté (19 buts marqués sur 50, ndlr). Dans ce genre de sommet, cela peut-il faire la différence ?
On a retrouvé notre force de la saison dernière, à savoir les coups de pied arrêtés, corners comme coups francs. Les matches aujourd’hui sont de plus en plus serrés. Parfois, le score se débloque sur des actions de ce type. Le coach essaie de nous mettre ça dans la tête, avant ou à la veille d’un match. Je me sens bien en ce moment. J’espère profiter d’un moment-clé de la rencontre pour marquer. C’est vrai qu’on va rencontrer un joueur comme Juninho qui a inscrit 40 ou 45 buts sur coups de pied arrêtés. Comme je l’ai déjà dit, ce sera une rencontre difficile.

Comment expliquez-vous que Juninho continue à être le meilleur dans le domaine des coups de pied arrêté ?
Pendant la semaine, pendant deux, trois, quatre mois, on peut essayer de progresser à l’entraînement. Mais je crois que c’est génétique. Je pense qu’il n’y a pas beaucoup de joueurs comme Juninho qui possèdent ce talent sur coup de pied arrêté. Il reste toujours le meilleur. J’essaie de me rapprocher de lui mais c’est difficile. J’ai déjà marqué onze, douze buts sur coups de pied arrêté. C’est ma troisième saison ici. J’espère un jour arriver à ma septième ou huitième saison à Bordeaux comme lui à Lyon et avoir inscrit une quarantaine de buts.

Dimanche, vous allez retrouver Cris, un ami avec lequel vous avez déjà joué au Brésil...
Il n’y a pas de match amical pour lui. Dès qu’il entre sur le terrain, il n’y a plus d’amis. C’est quelqu’un, dans la vie, qui est agréable, qui rigole beaucoup, qui chambre. C’est un gagnant, un joueur qui apporte beaucoup à Lyon. Je l’ai eu au téléphone il y a quinze jours. On ne parle pas beaucoup de foot. On parle plus d’autres choses.

Et évidemment, on ne parle toujours pas de titre du côté des Girondins de Bordeaux ?
Il faudra parler du titre dimanche à 23 h 00. Là, on pourra peut-être changer de discours. Pas avant. Si on fait un bon match contre Lyon, si on gagne, le discours risquera d’être complètement différent et pas seulement pour moi mais pour tous les joueurs de l’équipe. Et pour le coach bien sûr... (Rires)

La rédaction