RMC Sport

Zlatan : chronique d’un sacre annoncé

-

- - -

Arrivé avec faste en début de saison dans la capitale, Zlatan Ibrahimovic a été l’un des (très) grands artisans du troisième titre de champion de France décroché par le PSG. C’est donc fort logiquement que le Suédois a été sacré, dimanche, meilleur joueur de la saison lors des Trophées de l’UNFP.

 Il avait clamé qu’il « ne connaissait pas la L1 mais que la L1 le connaissait. » Moins d’un an après ses déclarations lancées lors de son arrivée, Zlatan Ibrahimovic peut se targuer d’avoir d’ores et déjà marqué l’histoire du championnat de France. En s’octroyant une part importante du troisième titre décroché par le PSG, après ceux de 1986 et 1994. Et en provoquant souvent l’admiration et les grognements d’une compétition qui ronronnait depuis trop longtemps.

Son arrivée avec faste sur le Trocadéro, l’été dernier en provenance du Milan AC pour 20 millions d’euros, avait déjà braqué les projecteurs sur lui. Son physique imposant (1,95m, 95kg) et sa science de buts ont affirmé sa réputation sur les terrains français, où aucun joueur n’avait marqué autant que lui depuis plus de 20 ans (29 buts, série en cours). Son franc-parler et sa manière de toiser ses adversaires ont même fait de sa marionnette l’une des stars des Guignols au point que le verbe « zlataner » a effectué son entrée dans le dictionnaire suédois.

« Avant, ils n’avaient rien »

Dès son premier match en L1, Ibra s’est offert un doublé, arrachant un nul in extremis face à Lorient (2-2). L’international suédois a été génial souvent, exaspérant parfois. Son style nonchalant a souvent cristallisé les critiques. Comme sa recherche constante du but acrobatique, héritée de son goût pour les arts martiaux. Le gardien stéphanois, Stéphane Ruffier, en a d’ailleurs fait les frais en prenant le pied de l’international suédois en plein buffet. Pour ce qui constituera le premier vrai couac de l’ancien joueur de la Juventus, expulsé suite à ce geste.

Le natif de Malmö a également largement contribué au bon parcours de l’équipe de Carlo Ancelotti en C1. Même si sa suffisance a parfois cristallisé les critiques en L1, tout comme ses déclarations d’amour envers la Serie A. Le Parc s’en est même agacé, au point de le siffler au soir du choc face à l’OM (2-0, 24 février) qu’il a conclu… par un but. Deux semaines plus tard, l’ancien joueur de l’Ajax a répondu par un doublé face à Nancy (2-1) avant d’enfoncer le clou en zone mixte : « Ils en demandent beaucoup et c’est bizarre. Parce qu’avant ils n’avaient rien ! » La fronde des amateurs du club ne s’est pas fait attendre. Zlatan n’a plus rien dit, tout en laissant planer le doute sur son avenir au club. Qu’il quittera ou non en ayant laissé son empreinte

A lire aussi :

>> Ancelotti veut quitter le PSG

>> EN IMAGES : qui pour succéder à Carlo Ancelotti ?

>> Leonardo : « Notre intention est de garder Ancelotti »