RMC Sport

Di Meco : « Les dirigeants de Monaco n’ont rien à faire du football français »

-

- - -

Les clubs français sont montés au créneau auprès de la LFP, estimant que l’AS Monaco exerce une forme de concurrence déloyale. Pour Eric Di Meco, les revendications des clubs sont légitimes.

Si la LFP obligeait l’AS Monaco à installer son siège en France, le club de la Principauté se verrait privé de ses privilèges fiscaux et sociaux, véritable vitrine pour attirer les joueurs. Une décision qui plane au-dessus de l’ASM depuis longtemps selon Eric Di Meco, membre de la Dream Team RMC Sport. «Malheureusement, ce qui arrive aujourd’hui à Monaco est sous-jacent depuis des années. C’est normal que ça arrive aujourd’hui et je comprends les clubs français qui montent au créneau, admet notre consultant. Cette histoire-là existe depuis toujours mais ce n’était pas si significatif à l’époque parce que les transferts et les salaires n’étaient pas aussi importants. »

Les investisseurs étrangers se moquent du football

« A l’époque, il y avait un président qui connaissait bien le football français et qui avait compris qu’il pouvait y avoir des problèmes. Parce que la loi permettait au président Campora de ne prendre que quelques joueurs étrangers dans un premier temps. Mais même après 1996, il a continué à jouer le jeu. Il aurait pu ne prendre que des étrangers et être énormément avantagé, mais il ne l’a jamais fait. Il a recruté des joueurs français, il a toujours eu une ossature nationale, il a formé beaucoup de joueurs français qui ont joué en équipe nationale. Là, le problème, c’est qu’il y a des investisseurs étrangers qui arrivent et n’ont rien à faire des autres présidents de clubs et du football français. Et si le président Rybolovlev a envie de recruter que des grands joueurs étrangers, il a le droit de le faire et ça va lui coûter trois ou quatre fois moins cher qu’en France ! Donc les clubs français ont raison de monter au créneau. »

Éric Di Meco