RMC Sport

Ligue 2 : le bilan de la saison

Adamo Coulibaly

Adamo Coulibaly - -

La Ligue 2 a rendu son verdict ce vendredi. A l’issue d’une saison indécise jusqu’à la 38e journée, Metz, Caen et Lens ont validé leur billet pour la L1. En revanche, pour Châteauroux, Istres et le CA Bastia, il faudra repasser par le National.

Ils montent en Ligue 1

Metz

Les Lorrains ne se seront pas attardés en Ligue 2. Promu de National, ils ont enchaîné une deuxième montée consécutive. Emmenés par une jeunesse talentueuse, illustrée par le buteur sénégalais Diafra Sakho (20 buts), et quelques cadres expérimentés (Rocchi, Marchal, Fauvergue), les hommes d’Albert Cartier ont fait main basse sur le championnat, se détachant rapidement et gérant leur avance sereinement. Après six ans à naviguer dans les divisions inférieures, voilà donc le FC Metz de retour dans la lumière.

Caen

Peut-être doté du meilleur effectif de Ligue 2, Caen a bien failli manquer la montée pour la deuxième année consécutive. Mais grâce à superbe deuxième partie de saison (une défaite en 15 matchs) et à un Mathieu Duhamel ultra-efficace (24 réalisations, meilleur buteur à égalité avec le Tourangeau Andy Delort), l’équipe de Patrice Garande a réussi à composter son billet pour la L1. Leur mission la saison prochaine ? Eviter de faire l’ascenseur, une mauvaise habitude puisque le Stade Malherbe a connu trois relégations en L2 lors des dix dernières années.

Lens

Cela a été plus dur que prévu, mais l’essentiel est là : Lens jouera en Ligue 1 l’année prochaine. Programmé pour remonter depuis l’arrivée à sa tête du milliardaire azéri Hafiz Mammadov, le club nordiste n’a pas survolé le championnat. Loin de là. Mais la régularité des hommes d’Antoine Kombouaré, qui n’ont validé leur remontée que ce vendredi lors de la dernière journée sur le terrain du CA Bastia (2-0), a fini par payer. Et dès l’année prochaine, avec une enveloppe de recrutement sans doute conséquente, le RCL pourrait bien jouer les premiers rôles en L1.

Ils descendent en National

Châteauroux

A la lutte pour le maintien avec Nîmes, Laval et Auxerre jusqu’à la dernière journée, Châteauroux a fini par craquer. Les Castelroussins, qui ont terminé la saison avec huit matchs consécutifs sans victoire, retrouvent le National. Une division qu’ils avaient quittée en… 1993-1994. Une page se tourne pour cet « historique » de la 2e division.

Istres

Après cinq saisons en Ligue 2 à flirter avec la zone rouge, Istres retrouve le National. Malgré l’apport de joueurs expérimentés comme Jérôme Leroy et Cyril Jeunechamp, le club provençal n’a pas réussi à sauver sa peau. Le limogeage de José Pasqualetti, remplacé en mars par Frédéric Arpinon, n’y a rien changé. Lionel Charbonnier, qui devrait prendre en mains le club la saison prochaine, sait ce qu’il lui reste à faire.

CA Bastia

Le miracle n’a pas eu lieu. « Petit Poucet » du championnat, le club corse n’a pas pesé bien lourd en Ligue 2. Rien d’illogique pour « l’autre » équipe de Bastia, qui évoluait encore en CFA il y a deux ans. Avec seulement quatre petites victoires cette saison, l’équipe de Stéphane Rossi redescend d’un étage. Sans doute en croisant les doigts pour que le retour à la réalité ne soit pas trop violent.

A lire aussi :

>> Le classement de la Ligue 2

>> EN IMAGES : Les dernières pépites formées à Lens

>> EN IMAGES : Le onze de légende du RC Lens

La rédaction