RMC Sport

Nantes-Monaco : l’ivresse des sommets

Michel Der Zakarian

Michel Der Zakarian - -

C’est dans un stade de la Beaujoire à guichets fermés que Nantes recevra Monaco, ce samedi (14h,) pour le choc de la 30e journée de Ligue 2. L’occasion pour les Canaris, dans une rencontre fleurant bon la Ligue 1, de confirmer leur bonne saison et leur accessit pour l’élite.

Un stade de la Beaujoire plein à craquer. 36 000 billets déjà vendus comme des petits pains (21 000 envolés dès la première matinée !), pour ce qui s’annonce être l’affluence record de la saison. On l’aura compris, pas question pour le peuple nantais et son homologue monégasque de rater l’un des chocs de l’exercice 2012-13. Un rendez-vous à l’odeur de Ligue 1, entre deux formations qui croisaient encore le fer il y a quelques années parmi l’élite et dont la dernière confrontation à cet étage remonte à un peu plus de quatre ans (16 août 2008, 1-1).

LE choc, finalement, de cette saison de Ligue 2, entre le deuxième et le premier, entre la meilleure équipe à domicile et la meilleure formation à l’extérieur, entre la meilleure gâchette du championnat et la deuxième meilleure muraille du pays à ce niveau. Stop, n’en jetez plus. L’effet d’annonce est plus que réussi. Et l’affiche on ne peut plus savoureuse. « On avait déjà fait 35 600 spectateurs contre Angers. Les gens sont en attente de choc et d’équipes prestigieuses, estime l’entraîneur des Canaris Michel Der Zakarian. Monaco fait aussi rêver les gens. »

Der Zakarian : « Un engouement autour de cette équipe »

Son Nantes également. Après bientôt quatre saisons dans l’antichambre de l’élite, ses joueurs sont tout près de retrouver la Ligue 1. Un écrin qui sied beaucoup mieux à l’octuple champion de France. « Nantes est un patrimoine du football français, rappelle Der Zakarian. Il y a un engouement autour de cette équipe. J’espère qu’on va réussir notre pari et que le club va pouvoir grandir et être dans les premières places en Ligue 1. » Avant de rêver d’un strapontin doré dans l’élite dans quelques mois, Nantes devra s’assurer d’être bien du voyage.

Un succès le rapprocherait de l’ASM, qui pointe à quatre longueurs, et l’éloignerait de Caen, plus que jamais en embuscade. « On avait l’ambition de jouer la montée, rappelle Der Zakarian. Pour l’instant, on est dans les objectifs. On signerait de suite pour finir troisième. » Mieux, une victoire face à un adversaire peu en réussite à la Beaujoire (9 victoires, 18 nuls et 21 défaites, Ligue 1 et Ligue 2 confondues) le rapprocherait d’un titre de champion de L2. L’opportunité de faire encore plus rêver le peuple jaune et vert.

A lire aussi

>> Monaco s’accroche à son Rocher

>> Ranieri : « Monaco progresse avec moi »

>> Nantes-Monaco : La Beaujoire à guichets fermés

A.D