RMC Sport

Ligue des champions africaine: l'Espérance Tunis sacrée après 90 minutes d'interruption

Espérance Tunis-Wydad Casablanca

Espérance Tunis-Wydad Casablanca - AFP

La finale retour de la Ligue des champions africaine disputée vendredi soir entre l'Espérance Tunis et le Wydad Casablanca a été marquée par une énorme confusion et des scènes surréalistes. Le match a été interrompu pendant une heure et demie.

Un match d'une heure seulement et 90 minutes d’interruption: l'Espérance Tunis a remporté la Ligue des champions africaine contre le Wydad Casablanca, vendredi à Radès (Tunisie), à l'issue d'une immense confusion liée à une panne de l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR). Après l'ouverture du score de Mohamed Youcef Belaïli lors de la finale retour, à la 42e minute de jeu, l'égalisation de Walid El Karti (60e) a été invalidée par l'arbitre, visiblement pour hors-jeu. Les Marocains ont réclamé la vérification par la VAR. En vain. Elle était hors service. Furieux, et échaudés par le match aller déjà marqué par la controverse (1-1), ils ont alors décidé de quitter la pelouse. Quelques échauffourées ont éclaté et des bouteilles d'eau ont été lancées sur la pelouse, entraînant l'intervention des forces de l'ordre.

L'ambiance s'est ensuite calmée, pour laisser place à une longue séquence de temps suspendu, avec d'interminables palabres sur le terrain entre des officiels de la Confédération africaine (CAF), des membres des staffs et des deux équipes. Le président de la CAF, le Malgache Ahmad Ahmad, est lui-même descendu de la tribune pour se mêler aux discussions, avant de reprendre sa place. Les 60.000 spectateurs du stade de Radès, près de Tunis, poursuivaient pendant ce temps-là leurs chants. Les joueurs de l'Espérance sportive de Tunis ont fait quelques exercices physiques pour ne pas se refroidir, puis ont abandonné, et se sont assis sur la pelouse pour deviser. Au bout d'une heure et demie, l'expérimenté arbitre gambien Bakary Gassama a retiré sa veste de survêtement, est revenu au centre du terrain et a sifflé la fin définitive du match. Les joueurs de l'Espérance ont alors jubilé.

Un comité d'urgence réuni le 4 juin

La CAF a confirmé sur Twitter ce score de 1-0, et le trophée a été remis à l'Espérance, décrochant la quatrième C1 du club (après 1994, 2011 et 2018), au bout de la nuit, après la rupture du jeûne musulman. La liesse s'est vite emparée de Tunis. Dès le coup de sifflet final, des téléspectateurs sont sortis dans la rue en hurlant leur joie, et des supporters célébraient le titre en chantant encore des heures après la fin du match. Voitures et motos sillonnaient la ville en klaxonnant et en brandissant le drapeau sang et or de l'EST, et des fans ont afflué vers Bab Souika, le quartier historique du club. Mais peu avant 4h, nouveau rebondissement: la CAF annonçait dans un communiqué que son président avait décidé, "suite aux événements" et "l'arrêt du match", de convoquer "un comité exécutif d'urgence le 4 juin pour débattre des issues réglementaires à réserver à cette rencontre".

Le match aller de la finale avait déjà été marqué par la confusion, et un sentiment d'injustice pour le Wydad. L'arbitre égyptien Gehad Grisha avait d'ailleurs été suspendu six mois par la CAF pour "performance faible". Les ratés de ces deux matchs de la compétition phare de clubs en Afrique interviennent alors que se profile la Coupe d'Afrique des nations, disputée en Egypte du 21 juin au 19 juillet. "Ce qui s'est passé aujourd'hui dans le match entre l'Espérance et Al-Wadad en finale de la Ligue africaine des champions aura un impact négatif sur la réputation du football africain. L'Afrique vit toujours dans un monde isolé de la planète", a déploré sur Twitter Essam El-Hadary, légendaire gardien de la sélection égyptienne.

RR avec AFP