RMC Sport

Après les débordements des Gilets Jaunes, un dirigeant du Chakhtior Donetsk chambre la France

Lyon jouera sa qualification pour les 8es de finale de la Ligue des champions face au Chakhtior Donetsk, le 12 décembre. Le lieu de cette rencontre reste incertain, en raison de la situation politique tendue sur place, même si le club ukrainien se montre rassurant.

L'OL est sûr d'une chose, en cas de match nul ou de victoire face au Chakhtior Donestk le mercredi 12 décembre (21h sur RMC Sport 1), il sera qualifié pour les 8es de finale de la Ligue des champions. Pour le reste, c'est plus flou, puisque le lieu de ce match décisif est incertain. Pour le moment, il devrait se jouer à Kharkiv, où le club évolue depuis 2014 en raison de problèmes politiques. Problème, la situation est aussi tendue là-bas, et la loi martiale a été décrétée par le président ukrainien Piotr Porochenko.

Vadim Gunko, le directeur des services du club, assure toutefois que cette loi n'a pas d'impact sur la vie quotidienne et n'empêchera donc pas la tenue de ce match. "On ne savait pas quels allaient être les contours de cette loi martiale, avoue-t-il dans L'Equipe. Or, depuis, le décret a été publié et il s'agit simplement de mettre en alerte les défenses du pays. Mais rien qui touche à la vie courante ou aux libertés individuelles."

"D'après les dernières images que j'ai vues de la France…"

Si Jean-Michel Aulas a déclaré ne "pas avoir trop envie d'aller à Kharkiv", Gunko l'a encore tranquillisé, avec une comparaison parfaitement d'actualité. "C'est l'unique signe de conflit que vous trouverez à Kharkiv. En tout cas, d'après les dernières images que j'ai vues de la France, c'est beaucoup plus calme et sûr ici", a-t-il lâché, après un samedi sous le signes des violences à Paris lors des différentes manifestations des Gilets Jaunes. Imparable.

A lire aussi >> Shakhtar-OL: Aulas met déjà la pression à l'UEFA au sujet du contexte ukrainien

Alexandre Alain Rédacteur