RMC Sport

Aulas : « Un grand moment d’histoire »

Jean-Michel Aulas

Jean-Michel Aulas - -

Le président lyonnais est ébahi par la prestation de son équipe, qui a obtenu sa qualification en huitièmes de finale de Ligue des champions pour la neuvième consécutive de son histoire après une incroyable victoire à Zagreb (7-1), ce mercredi.

Jean-Michel Aulas, avez-vous vécu une soirée surréaliste, ce mercredi ?

C'est un livre d'histoire car cela ouvre la porte à une neuvième qualification de suite. Le pourcentage de chances de qualification était infime et il fallait que le Real joue le jeu alors qu'il prépare le Clasico contre Barcelone. Les Espagnols nous ont donné du courage car ils ont commencé à bien faire le travail alors que nous avons mis une mi-temps avant de nous mettre dans l'axe de ce qu'il fallait faire. Il y a une grande émotion. C'est peut-être l'un des matches où l'OL a donné le plus d'émotion dans un contexte incroyable. Pour moi, c’est un bonheur immense. Je pense surtout à Rémi Garde qui a su remobiliser son équipe après des matches un peu difficiles. Toute cette équipe a su se surmotiver et rester confiante alors que tout le monde lui prédisait une élimination. C'est un grand moment d’histoire pour tout le club et pour le football français car la victoire de Marseille et celle de Lyon donnent des points et un bonus lié à la qualification pour les 8es de finale, à savoir trois points chacun, donc un total de six que nous reprenons aux équipes portugaises à l'indice UEFA.

Comment avez-vous vécu la demi-heure folle où Lyon a fait basculer la rencontre et le sort de la qualification ?

J'étais très réservé parce que j’avais l’impression qu’il allait y avoir un petit grain de sable qui pouvait remettre en cause ce qui était en train de s'écrire. On se dit toujours que les choses ne vont pas aller au bout. C’est notre 195e match de Coupe d’Europe. Il faut en arriver là pour avoir le droit de participer à la fête jusqu’au bout. Pendant les dix dernières minutes, j'ai eu beaucoup d'anxiété. Nous avions l'impression qu'à tout moment, il pouvait se passer quelque chose. Quand Madrid a marqué son troisième but, nous avons ressenti une joie immense.

Vous aviez dit qu’il fallait aller à Lourdes pour une qualification. Lyon est devenu Lourdes, ce mercredi soir…

Je ne devrais pas parler de miracle parce que ça ne dépendait pas de nous. Rémi Garde, le staff et tous les joueurs ont fait ce qu’il fallait. On peut parler d’un exploit incroyable dont on avait besoin en Ligue des champions pour propulser l’Olympique Lyonnais au plus haut de son développement et de son histoire.