RMC Sport

Bagarres, ego et infidélité… comment est né le "FC Hollywood", le surnom du Bayern Munich

Opposé mardi soir au PSG en quart de finale retour de Ligue des champions (21h, en direct sur RMC Sport 1), le Bayern Munich est régulièrement appelé le "FC Hollywood". Un surnom né dans les années 90 lorsque les stars du club allemand faisaient plus souvent la Une des journaux pour leurs déboires sur le plan extra-sportif que sur les terrains de Bundesliga.

Le "FC Hollywood" est de retour. Quand le Bayern Munich fait son cinéma, les embrouilles ne sont jamais bien loin. Alors que les champions d’Europe jouent leur avenir européen face au PSG mardi soir en quart de finale de la Ligue des champions (21h, en direct sur RMC Sport 1), des grosses tensions opposent depuis plusieurs semaines l’entraîneur Hans-Dieter Flick et le directeur sportif, Hasan Salihamidzic. Un conflit qui fait bien sûr les choux gras des médias allemands. Si les joueurs bavarois n’étaient pas aussi sérieux et disciplinés, on se croirait presque revenu dans les années 90 quand le Bayern a gagné son surnom relatif au fameux quartier de Los Angeles associé au 7eme art.

>> Pour regarder PSG-Bayern et toute la Ligue des champions, l'abonnement aux chaines RMC Sport est par ici

Stefan Effenberg
Stefan Effenberg © ICON Sport

Effenberg dans tous les (mauvais) coups

Si le Bayern remporte quatre titres de champion, deux Coupes d’Allemagne et une Coupe de l’UEFA dans les 90’s, il se fait surtout remarquer par ses clashs à répétitions. "On se mettait sur la gueule à l'entraînement" reconnaîtra plus tard Bixente Lizarazu sur RTL. Dans un vestiaire, les têtes des joueurs aux ego démesurés ne passent plus les portes. En têtes d’affiche, Stefan Effenberg et Lothar Matthäus. Les deux milieux de terrain au caractère bien trempé ne s’aiment pas. Voire se détestent. Dans une autobiographie, le premier traite le second de "grande gueule". Dans un chapitre "Ce que Lothar Matthäus connaît du football", le lecteur trouve… une page blanche. "Je suis tout le contraire du gendre idéal", avoue Effenberg un jour. Des paroles aux actes, l'Allemand franchit aisément le pas. Il fait ainsi parler de lui dans les tabloïds pour avoir entretenu une liaison extra-conjugale avec la femme d’un de ses partenaires, en l'occurence Thomas Strunz.

>> PSG-Bayern J-1: les infos en direct

Lizarazu-Matthäus, le bagarre

Au crédit de Lotthar Matthäus, plusieurs bagarres avec des partenaires dont une devenue fameuse en 1999 à l’entraînement avec Bixente Lizarazu. "C’était tendu, raconte le champion du monde à L’Equipe. J'en ai eu marre de la façon dont il traitait ses coéquipiers. Il était la plus grande star et était très arrogant. J'étais énervé et au bout d'un moment, la goutte d'eau a fait déborder le vase. Dans les grands clubs, il faut marquer son territoire, et c'est ce que j'ai fait avec cet acte." Si les coups de sang du champion du monde allemand sont violents, ses paroles le sont tout autant comme ce jour où il lance à une touriste néerlandaise : "Hitler aurait dû vous écraser."

L'équipe du Bayern en 1999
L'équipe du Bayern en 1999 © ICON Sport

Basler le "plus fou" pour Hitzfeld

Ces joueurs auxquels, on peut ajouter aussi le "chaleureux" Oliver Kahn, avaient à leur tête le volcanique entraîneur italien Giovanni Trapattoni, auteur d’un coup de gueule monstrueux contre eux lors d’une conférence de presse légendaire en 1998. Il fut remplacé par Ottmar Hitzfeld dont la mission fut de remporter des titres et… de mettre fin au FC Hollywood. Ce dernier a tout simplement halluciné en arrivant en Bavière. Lui désigne Mario Basler comme le "plus fou." "Il s'est battu en discothèque, raconte le coach dans un entretien pour So Foot en 2015. Il y a eu Effenberg qui s'est fait suspendre son permis par la police parce qu'il s'est fait arrêter alors qu'il conduisait en léger état d'ébriété. Il y a eu Élber et Pizzaro qui rentraient de vacances trop tard. Et puis, il y a eu cette photo de Matthäus au ski alors qu'il était en convalescence. Pas besoin d'en dire plus, pas vrai ?" Nous, on en redemanderait presque...

Aurélien Brossier Journaliste RMC Sport