RMC Sport

Belgrade-PSG: un match à plusieurs dizaines de millions d'euros

La Ligue des champions, compétition européenne la plus rémunératrice et de loin, rapporte plus pour une qualification en huitièmes de finale qu’une victoire en Ligue Europa. L’enjeu de la qualification n’est pas uniquement sportif pour le PSG, mardi à Belgrade (en direct et en exclusivité à partir de 21h sur RMC Sport).

Sous la menace du fair-play financier, les dirigeants du PSG auront aussi l’aspect économique à l’esprit pour le coup d’envoi du match de Ligue des champions contre l’Etoile Rouge Belgrade, mardi soir (à 21h en direct et en exclusivité sur RMC Sport). Les Parisiens tenteront d'arracher leur qualification pour les huitièmes de la compétition. Financièrement, le besoin n'est pas vital, mais presque.

Une compétition extrêmement rémunératrice

La dotation de la Ligue des champions est estimée à 2,4 milliards euros cette saison, une somme reversée aux 32 équipes participantes. La prime de participation est passée de 12 à 15 millions d’euros en 2018-2019, la prime de victoire en poule de 1.9 million à 2.7 millions d’euros. Un simple match nul rapporte 900.000 euros aux clubs, au lieu de 500.000 euros la saison passée. Un pactole considérable. Le PSG est déjà assuré de toucher 22,45 millions, edonc beaucoup plus en cas de qualification en huitièmes.

Un 8e en C1 rapporte plus qu'une victoire en C3

Et pour bien s’en rendre compte, il faut comparer les montants distribués avec ceux de la Ligue Europa. Une qualification en huitièmes de finale de la Ligue des champions rapporte 9.5 millions d’euros, un million de plus qu’une victoire en Ligue Europa. L'année dernière, le PSG, éliminé en huitièmes, avait perçu 62 millions. Le PSG pourrait espérer beaucoup plus, mais il faudra aller loin dans la compétition car l'année dernière, les Parisiens avaient l'avantage d'être les seuls Français à être sortis des phases de poule.

Et ce serait bien sur un atout non négligeable pour renégocier les contrats de sponsorings si importants pour rester dans les clous du fair-play financier. 

RMC Sport