RMC Sport

Blanc : « L’équipe va me donner un signal fort »

L'entraîneur girondin estime que son équipe n'est "pas spécialement favorite" de sa double opposition contre l'Olympiakos.

L'entraîneur girondin estime que son équipe n'est "pas spécialement favorite" de sa double opposition contre l'Olympiakos. - -

L’entraîneur bordelais attend de ses joueurs qu’ils soient à la hauteur de leurs ambitions lors du huitième de finale aller de la Ligue des Champions, mardi sur le terrain de l'Olympiakos.

Laurent, Bordeaux part-il favori face à l’Olympiakos ?
Pas spécialement. Vu notre parcours européen, on pourrait le croire. Mais l'Olympiakos a l'habitude de ce genre de rendez-vous, contrairement à Bordeaux. C’est vrai qu’on était satisfait au tirage au sort parce qu'on craignait de tomber sur un club plus huppé, mais les joueurs et les supporteurs de l'Olympiakos ont sans doute fait la même remarque en tombant sur nous. Selon moi, les deux équipes ont autant de chances de se qualifier avant les deux matches.

Que craignez-vous le plus : le niveau de l’Olympiakos ou celui de Bordeaux ?
Je crains toujours plus l'adversaire. Concernant Bordeaux, il faut savoir que le niveau de jeu d'une équipe fluctue dans la saison. On ne peut pas toujours être au top niveau. C'est pour cela qu'un entraîneur essaie sans cesse d'améliorer le niveau collectif de son équipe, car cela ne dure qu’un temps. Notre niveau de forme n'est pas le même qu'en fin d’année dernière, mais ce match peut nous permettre de nous en approcher. Les matches de Ligue des champions peuvent décupler les moyens d’une équipe. Ou les annihiler. J’espère que mes joueurs seront sublimés.

Votre approche des matches a-t-elle changé par rapport à la phase de poules ?
Oui. Deux matches éliminatoires, c'est très différent. En phase de poules, on peut rattraper un mauvais résultat ou une défaite non méritée. Pas en huitièmes de finale. On n'est donc pas venu ici pour défendre à tout prix. De plus, ce n'est pas notre style de jeu. Même si on s'attend à une équipe qui va nous mettre la pression, si on veut faire un bon match, il va falloir jouer. Mais jouer pour jouer ne suffira pas, il faudra concrétiser au tableau d’affichage dans nos moments forts et avoir l'ambition de marquer à l'extérieur. L’équipe va me donner un signal très fort pour le restant de la compétition, mais aussi pour toutes les échéances qui nous attendent d'ici à la fin de la saison.

Recueilli par O.S. au Pirée