RMC Sport

Buffon, Ibrahimovic, Ronaldo, Ballack... ces joueurs maudits en Ligue des champions

-

- - AFP

La coupe aux grandes oreilles fait rêver les plus grands joueurs, mais elle se refuse à certains. Ils sont nombreux à s'être cassés les dents sur la Ligue des champions, échouant parfois plusieurs fois en finale, ou quittant leur club quelques mois avant un sacre.

La Ligue des champions, c'est sur RMC Sport! Et c'est en intégralité et en exclusivité sur notre antenne.

>> Découvrez l'offre de RMC Sport

Gianluigi Buffon

Difficile d'être plus poissard que Gigi Buffon. En rejoignant la Juventus en 2001, le gardien voulait atteindre les sommets au niveau européen. Il les a tutoyés, mais pas plus. En 2003, l'Italien atteint sa première finale face à l'AC Milan. Les deux clubs doivent se départager aux tirs au but. Gianluigi Buffon repousse les tirs de Clarence Seedorf et Kakhaber Kaladze, mais de l'autre côté, Dida met en échec David Trezeguet, Marcelo Zalayeta et Paolo Montero. Et c'est ainsi que Buffon perd sa première finale.

Douze ans plus tard, les Bianconeri sont de retour en finale, face au FC Barcelone. Mais le 6 juin 2015, l'armada blaugrana est trop forte, et malgré la belle résistance des Turinois, le Barça de la MSN s'impose (3-1). C'est encore pire le 3 juin 2017; Buffon vit son 3e échec avec la Vieille Dame contre un intouchable Real Madrid (4-1). Trois finales perdues, ça fait beaucoup... Et cerise sur le gâteau: Buffon est exclu de son dernier match européen avec la Juve, encore face au Real, en avril 2018. Peut-être que sa nouvelle aventure au PSG lui permettra d'enfin exorciser le mauvais sort...

-
- © -

Ronaldo

Il fait partie des Ballons d'or jamais vainqueurs de la Ligue des champions, comme Fabio Cannavaro, Roberto Baggio, Michael Owen... En 2002, après cinq saisons à l'Inter Milan (dont plus de deux blanches pour cause de blessures), Ronaldo rejoint les Galactiques du Real Madrid, récents champions d'Europe. Malheureusement pour lui, le meilleur résultat des Merengue sera une place en demi-finales, en 2003. En janvier 2007, à 30 ans et demi, le Brésilien quitte le Real, où il joue de moins en moins.

Ronaldo s'engage à l'AC Milan, au grand dam des fans intéristes. Malheureusement, le double Ballon d'or a (un peu) joué la phase de groupes sous le maillot madrilène. Et le règlement de l'UEFA lui interdit de jouer la même année la C1 avec un autre club. Résultat: c'est sans lui que les Rossoneri poursuivent leur chemin jusqu'à la victoire finale contre Liverpool.

Robert Pirès

C'était un des fameux Frenchies d'Arsenal. Et l'un des plus appréciés aussi. Quelle sortie douloureuse pour Robert Pirès donc, que cette finale de la Ligue des champions 2006. Quelques mois plus tôt, l'ancien Messin et Marseillais a annoncé qu'il rejoindrait Villarreal à l'été 2006. Du coup, ce 17 mai 2006, Pirès joue face au FC Barcelone son dernier match avec les Gunners. Ce sera l'un de ses plus courts.

A la 18e minute, Jens Lehmann fauche Samuel Eto'o et se fait expulser. Arsène Wenger doit faire sortir un joueur de champ pour remettre un gardien dans la cage. Et le malheureux sacrifié s'appelle Robert Pirès. La tête basse, le Français cède sa place à Manuel Almunia. Dans le dernier quart d'heure, les Catalans renversent Arsenal et s'offrent le titre.

Patrick Vieira

Si Ronaldo a rejoint un club avec lequel il ne pouvait pas jouer et gagner la C1, Patrick Vieira a connu le problème inverse, pourrait-on dire. En cette saison 2009-2010, le milieu de terrain est en difficulté. Les blessures s'enchaînent et l'ont déjà empêché de jouer l'Euro 2008 avec l'équipe de France. Plus titulaire à l'Inter, Vieira s'en va chercher du temps de jeu à Manchester City en janvier 2010, dans l'espoir d'être dans le wagon bleu pour le Mondial à suivre cinq mois après..

C'est donc de loin qu'il voit l'Inter remporter la Ligue des champions en mai face au Bayern Munich (2-0). Et par-dessus le marché, Patrick Vieira n'est pas retenu par Raymond Domenech pour la Coupe du monde en Afrique du Sud.

-
- © -

Zlatan Ibrahimovic

En 2009, le Suédois est l'un des meilleurs joueurs du monde. Mais l'Inter Milan, club dont il est le leader et qui écrase la Serie A, échoue pour la troisième année d'affilée en huitièmes de finale. Zlatan Ibrahimovic décide de rejoindre le FC Barcelone, tout juste sacré champion d'Europe. Son objectif: enfin soulever la Coupe aux grandes oreilles. Mauvais choix: en demi-finales, les Blaugrana se font éliminer par... l'Inter Milan.

En 2010, un an seulement après son arrivée en Catalogne, Ibrahimovic se brouille avec Pep Guardiola et quitte le Barça. Il prend la direction de l'AC Milan. Les Rossoneri se feront sortir de la C1 dès les huitièmes de finale, tandis que le FC Barcelone, l'ancien club de l'attaquant, remporte la compétition. Dur...

Ruud van Nistelrooy

Avant l'avènement de Cristiano Ronaldo et Lionel Messi, Ruud van Nistelrooy tenait une place très importante dans la hiérarchie des buteurs d'Europe. Il occupe d'ailleurs toujours la 4e place au classement des buteurs de la Ligue des champions. Mais en dépit de ses 60 buts (dont quatre en matches de qualification) et de ses trois titres de meilleur buteur sur une saison, le Néerlandais n'a jamais été au bout, ne jouant qu'une seule fois les demi-finales en cinq saisons à Manchester United et trois et demie au Real Madrid.

Pavel Nedved

A titre personnel, 2003 a été une grande année pour Pavel Nedved. 41 ans après Josef Masopust, le milieu de terrain de la Juventus est devenu le 2e Tchèque à remporter le Ballon d'or, fruit de ses superbes performances chez les Bianconeri. Mais en Ligue des champions, c'est la déception.

En demi-finale retour, la Juve doit remonter un but de déficit contre le Real Madrid. David Trezeguet et Alessandro Del Piero ouvrent le score, puis Pavel Nedved achève le Real à la 73e (victoire finale 3-1). Mais dix minutes plus tard, le Tchèque écope d'un carton jaune qui entraîne sa suspension pour la finale. C'est des tribunes d'Old Trafford qu'il assistera à la défaite des siens contre l'AC Milan aux tirs au but.

Michael Ballack

Les finales, ce n'est pas trop son fort. C'est même carrément sa faiblesse, ou au moins sa bête noire. Michael Ballack a connu une grande année 2002 au parfum d'inachevé. D'abord, son Bayer Leverkusen s'incline en finale de la Ligue des champions face au Real Madrid de Zinedine Zidane (1-2). Puis, il écope d'un carton jaune en demi-finale de la Coupe du monde et ne peut jouer la finale avec l'Allemagne contre le Brésil (0-2).

Ce n'est pas vraiment mieux pour l'Allemand en 2008. Lui réussit son tir au but pour Chelsea contre Manchester United, mais les Blues s'inclineront quand même, le poteau puis Edwin van der Sar repoussant les tirs de John Terry et de Nicolas Anelka (1-1, 5 tab à 6). Un an plus tard, Michael Ballack aura beau hurler comme un dément sur l'arbitre Tom Ovrebo, Chelsea n'échappera pas à une élimination controversée en demi-finale retour face au FC Barcelone.

-
- © -
Nicolas Bamba