RMC Sport

Cinq choses à savoir sur Diego Costa

Diego Costa

Diego Costa - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Pour réaliser un coup contre le Barça en quart de finale de C1, l’Atlético Madrid aimerait compter sur son attaquant vedette Diego Costa, incertain pour le choc. Un joueur dont le talent fait davantage l’unanimité que sa personnalité.

Un joueur de la rue

Sa tendance à multiplier les tacles assassins et les coups dans le dos de l’arbitre, Diego Costa l’a cultivée dans les rues de Lagarto, une petite ville située au nord-est du Brésil. Egalement adepte du futsal, il n’a jamais tapé dans l’œil d’un grand club de son pays natal. C’est pourtant là qu’il s’est forgé un caractère bien trompé, préférant le béton et le sang à la plage et les jongles.

Repéré par Braga

La réputation des clubs portugais en matière de scouting n’est plus à faire. Surtout lorsqu’il s’agit de la filière brésilienne. C’est ainsi que Diego Costa a été repéré par le club de Braga lors d’un match qu’il ne devait même pas jouer, pour cause de suspension. Il signera dans la foulée avec un club où, comme ailleurs, l’influent Jorge Mendès a ses entrées.

63 cartons jaunes et 4 rouges

L’Atlético Madrid flaire la bonne affaire rapidement avant de le reprêter à Braga, puis dans quelques clubs espagnols de standing moyen. Durant cette période, il accumule le nombre hallucinant de soixante-trois cartons jaunes et quatre rouges. Un vrai boucher.

Le football l'a sauvé

L’attaquant de 24 ans n’a pas qu’une tête de crapule. Il l’a aussi été. Afin de se faire un peu d’argent et d’attirer les filles, le bad boy faisait dans le trafic de vêtements contrefaits, via la frontière paraguayenne. Si bien qu’on lui prêtait davantage une carrière derrière les barreaux qu’avec un ballon au pied. 

Il « trahit » la Seleçao pour la Roja

Alors que Luis Felipe Scolari et Vincente Del Bosque se disputaient les faveurs d’un joueur qui peut jouer pour le Brésil où l’Espagne, Diego Costa a finalement accepté une convocation de la Roja pour un match amical contre l’Italie, le 5 mars. Il devrait donc retourner dans son pays natal sous le maillot ibère pour la Coupe du monde en juin. Pas sûr qu’il n’y retrouve que des amis.

Adrien Verrecchia