RMC Sport

City rêve de crucifier le Real

Tout roule pour Nasri et City

Tout roule pour Nasri et City - -

En difficulté en championnat, le Real Madrid débute sa campagne européenne de Ligue des champions contre Manchester City (20h45), dans la peau d’une bête blessée. Attention au faux départ.

Le Real Madrid ne s’attendait certainement pas à débuter sa campagne européenne contre Manchester City (20h45) dans une position aussi délicate. Il y a d’abord les chiffres. Implacables. Une seule victoire en championnat (3-0 contre Grenade le 2 septembre) en quatre rencontres pour deux défaites et un nul. Il y a ensuite les états d’âme des joueurs, à commencer par Cristiano Ronaldo qui endosse le costume de la pleureuse et du mal-aimé au moment de renégocier son contrat. Il y a enfin les mots. « Depuis le début de la saison, nous avons joué la finale de Supercoupe d'Espagne (gagnée contre Barcelone), et plus rien. Aujourd'hui, il y a eu très peu de têtes qui pensent au match et à la victoire, au fait que le football est prioritaire dans leurs vies. J'arrive à en compter deux ou trois », a balancé sans concession, José Mourinho, samedi soir après la défaite à Séville (1-0). 

Au moment de se frotter aux Anglais, le Real Madrid pointe à une peu glorieuse 12e place à déjà 8 points de Barcelone. Il s’agit même du pire début de saison en championnat dans la carrière du Special One. Comme un symbole, Karim Benzema, pourtant étincelant la saison dernière, peine à retrouver son niveau. Titularisé à une seule reprise en championnat, il n’est entré qu’à la mi-temps contre les Andalous, samedi. Pire, l’ancien Lyonnais n’a plus inscrit de but en compétition officielle, équipe de France et Real Madrid réunis, depuis 815 minutes. Plus de neuf matches sans marquer, alors que l’année dernière, il tournait à une réalisation toutes les 107 minutes. « Il est encore jeune, il entame sa troisième année à Madrid. Il a changé, note Zidane. Il faut le laisser évoluer avec son entraineur à Madrid et en équipe de France. »

Mancini affiche ses certitudes

Sauf qu’en face, un autre Français affole l’Angleterre. Cinq matchs officiels et autant de titularisations pour Samir Nasri qui a marqué en championnat et en Community Shield. L’ancien Gunner est un membre important du groupe de Roberto Mancini qui s’avance en parfait trouble-fête à Santiago Bernabeu. Comme si l’insolence de ces « nouveaux riches » pouvait bousculer la tradition européenne entretenue au Real.

« Je suis sûr que nous gagnerons ce trophée (la Ligue des champions, ndlr) dans le futur, avance même Mancini. Je ne sais pas quand, mais je sais qu’on y arrivera parce qu’on travaille pour. » Avec les Allemands de Dortmund et les Néerlandais de l’Ajax dans leur groupe, les Anglais savent qu’ils n’auront pas le droit à l’erreur. Même sur les terres madrilènes. Le souvenir de la saison dernière et une élimination dès les phases de poule est dans toutes les mémoires. Un accroc à réparer. Au plus vite.

PTa.