RMC Sport

Dani Alvès : « Le PSG a les atouts pour battre le Barça »

Dani Alvès

Dani Alvès - -

Avant l’explosif PSG-Barça mardi, Dani Alves a accordé un entretien exclusif à RMC Sport. Même s’il ne doute pas de son équipe, le Brésilien estime que Paris a les moyens de faire trébucher Barcelone. Et que le club français sera bientôt une référence en Europe.

A quelques jours d’affronter le PSG, beaucoup d’observateurs estiment que ce sera une formalité pour la Barça…

Pour qui ? Non, c’est un adversaire difficile. Avec deux équipes qui jouent, ça devraient être un beau spectacle. On ne considère pas le PSG comme une équipe facile. Il y a de grands joueurs, nous sommes prêts pour ce match qui va être très compliqué. On ne s’attend pas à un adversaire qui va nous rendre la tâche facile.

Que pensez-vous de cette équipe du PSG ?

C’est une équipe qui se crée, qui s’est très bien renforcée, avec de très grands joueurs, des stars du football mondial. Elle tend à devenir une grande équipe. Il faut avoir du respect pour cette équipe.

Avez-vous peur du Paris Saint-Germain ?

On respecte tout le monde, mais on n’a peur de personne. Au final, le football se joue à 11 contre 11 et on va surtout essayer de donner le meilleur de nous-mêmes.

Finalement, Zlatan Ibrahimovic jouera dès le match aller. Est-ce une source de motivation ou une préoccupation ?

On va l’affronter, comme on l’a déjà affronté par le passé. Il peut marquer à tout moment. Il est très aimé ici aussi, mais il porte le maillot d’une autre équipe. Et pour nous, ce sera un grand duel.

Que pensez-vous de lui ?

C’est un très grand joueur. J’ai eu l’honneur de faire partie de la même équipe que lui, d’assister aux entrainements avec lui. Il a son caractère. Parfois, il ne fait pas vraiment de sentiments mais il faut le respecter parce que c’est un très grand joueur.

Son caractère est plutôt difficile, non ?

Pas difficile, c’est sa personnalité. Il est comme ça. C’est comme moi, ma personnalité est appréciée par certains, par d’autres non. Quand nous sommes au travail c’est-à-dire sur le terrain, nous devons nous battre, parfois nous quereller. On ne va pas changer pour faire plaisir aux gens.

Qui va gagner le duel entre Messi et Ibra ?

J’espère que ce sera Messi (rires). Mais ça ne se jouera pas qu’à eux deux. Dans un match comme ça, ça se joue entre deux grandes équipes. Si Messi marque et pas Ibra, et qu’on ne gagne pas, ça ne sert à rien. On va donc essayer de remporter tous les duels.

A l’occasion de ces quarts de finale, vous croiserez également Lucas, Thiago Silva, Maxwell, Motta, Alex, Thiago Silva, que vous connaissez tous bien…

Ce sont des collègues, des amis. J’ai eu l’honneur de les rencontrer en sélection. Ce sont des gens sensationnels, des personnes fantastiques. Jouer contre eux, ce sera un honneur. Ce sont des personnes que j’aime beaucoup.

L’amitié existe-t-elle quand il y a un tel enjeu ?

Non, pas sur le terrain. Il n’y a plus d’amitié. C’est le football et au final, mes amis sont mes adversaires. C’est ça qui est joli dans le foot.

Paris peut-il vraiment espérer battre le Barça ?

Dans le foot, tout est possible. Tout le monde pensait qu’on allait battre le Milan facilement. Et au final, on a vu ce qu’il s’est passé. Dans cette compétition, c’est une possibilité que le PSG nous batte. Tu ne dois jamais penser que tu es invincible, que tu ne peux pas perdre. Paris a les atouts pour le faire. Mais on va essayer que leur rêve ne prenne pas forme et que le Barça gagne.

Le fait que les Parisiens jouent sans pression, est-il un avantage ?

Toutes les équipes qui jouent contre le FC Barcelone le font sans pression, alors que nous, nous l’avons parce que nous sommes le Barça, l’équipe qui est regardée partout à travers le monde, la meilleure équipe du monde. Ce n’est pas bon pour nous parce qu’au final, les équipes viennent jouer contre nous totalement libérées.

PSG-Barça, est-ce aussi le choc des cultures entre une équipe montée de toutes pièces et une autre qui s’articule autour d’une philosophie de jeu, transmise de génération en génération ?

Paris est une équipe en formation, il faut qu’elle prenne son temps, ses marques, pour construire une grande équipe. Nous, notre équipe joue ensemble depuis longtemps. On connait les mouvements, les joueurs avec qui on évolue. C’est un privilège pour nous. Mais on n’a aucun doute sur le fait que cette équipe sera très bientôt une référence en Europe.

Le PSG est-il prêt pour jouer le Barça, ou lui manque-t-il encore des certaines choses, à commencer par l’expérience ?

Si le PSG est là, c’est parce qu’il le mérite et parce qu’il a gagné ses matchs. Il y a de très grands joueurs qui ont joué dans de très grands clubs et ils savent ce que sont ce genre de match. Donc le PSG est prêt pour jouer le Barça et n’importe quelle autre équipe du monde, vu la qualité de ses joueurs.

Selon vous, ce PSG-Barça s’annonce-t-il comme l’affiche la plus belle de ces quarts de finale de la Ligue des champions ?

Oui, c’est exactement ça. C’est un match qui s’annonce beau et difficile où l’intensité sera très grande. Il faudra être concentré et dans notre meilleur jour sinon, tu rentres directement à la maison.

Vous êtes passé près de la correctionnelle au tour précédent contre le Milan AC. Comment le groupe se sent-il depuis cette victoire ?

On a eu un peu peur de l’élimination, c’est vrai. Mais en même temps, l’équipe a été si grande, si attendue, qu’on a réussi à remonter. On a eu l’orgueil des champions.

Vous avez donc refait le plein de confiance…

Oui, ça donne beaucoup de confiance. On en avait peut-être perdu un peu comme on avait peut-être un peu perdu de notre identité, mais on l’a récupérée avec cette rencontre.

PSG-Barça : la presse catalane lance le match

PSG-Barça : Zlatan libéré !

PSG-Barça : la folle flambée des prix

Propos recueillis par Mohamed Bouhafsi à Barcelone