RMC Sport

Dortmund-PSG: le drôle de rituel d'avant-match du gardien du Borussia, Roman Bürki

MISSION DORTMUND. A moins de trois semaines de Dortmund-PSG en huitième de finale aller de Ligue des champions (18 février, sur RMC Sport), focus ce mercredi sur le gardien du BVB, Roman Bürki. Le Suisse, depuis plusieurs saisons, se fait remarquer avant les matchs par un surprenant rituel...

Supporters parisiens, voici un moyen de vous détendre avant le 18 février prochain. Si vous stressez un peu trop avant le coup d'envoi de Dortmund-PSG (sur RMC Sport 1), cherchez du regard Roman Bürki, et guettez l'attitude du gardien du BVB sur la pelouse. Cela devrait vous faire sourire...

Pourquoi? Parce que le portier suisse de 29 ans a un étonnant rituel avant le début d'une rencontre. Il faut... qu'il touche la balle. Impérativement. Quel que soit le contexte. Si les superstitions sont fréquentes dans le football, entre les joueurs qui sortent en dernier du vestiaire, ceux qui attendent que leurs partenaires soient prêts pour enfiler leur short, ou ceux qui ne pénètrent sur l'aire de jeu qu'à cloche-pied, les acteurs en question accomplissent généralement leur rituel de manière discrète. Mais pas Bürki.

>>> Cliquez ici pour vous abonner à RMC Sport et profiter en exclusivité de la Ligue des champions

Il rôde, il guette, et passe à l'action

Non, le Suisse attend le "toss" pour passer à l'acte. Lorsque les arbitres convoquent les capitaines des deux équipes pour donner les dernières consignes et désigner qui donnera le coup d'envoi, le gardien se met à rôder derrière les officiels, pour mettre la main sur son précieux.

En 2017, le Borussia Dortmund l'avait gentiment affiché dans une vidéo sur les réseaux sociaux. Sur le montage en question, on peut voir que le portier ne recule devant rien pour arriver à ses fins. Parfois, il lui faut seulement demander à l'enfant tenant la balle de lui donner discrètement, ou à l'un des deux capitaines. Mais parfois, il lui faut ruser, pour chiper le ballon entre les jambes de l'arbitre, ou en se glissant entre l'homme au sifflet et son assistant, quitte à se plier en quatre... Un comportement qui fait souvent rire les officiels outre-Rhin, ces derniers étant désormais au courant de cette habitude.

Un moyen de gérer la pression

Que se passe-t-il si jamais Bürki ne touche pas le ballon? Doit-il déclarer forfait? Nul ne sait. Toujours est-il que le gardien, régulièrement critiqué par les fans du BVB pour ses performances, a dû prendre un coach mental pour l'aider à affronter la pression. "Parfois c'est dur quand il exprime une opinion différente que celle que j'espérais, confiait-il à Kicker il y a quelques mois. Mais c'est le contrat: nous devons nous ouvrir complètement l'un à l'autre, et discuter. Généralement, quand vous parlez d'un problème, il est plus facile de le résoudre."

Toujours dans le but d'affronter ses craintes, Roman Bürki a d'ailleurs adopté un deuxième rituel. Avant chaque rencontre, il note sur un papier ses objectifs pour les 90 minutes à venir. "Je suis très pointilleux sur mon planning d'avant-match, confesse-t-il. J'ai réalisé que j'en avais besoin, et je me sens bien en procédant comme ça."

CC