RMC Sport

Giroud, un fantôme à Arsenal

Olivier Giroud

Olivier Giroud - -

Trois mois après son arrivée à Londres, l’attaquant des Bleus est muet sur le terrain mais aussi face à la presse. Une manière pour les Gunners de protéger leur buteur de 25 ans, dont le retour à Montpellier, ce mardi (20h45) en Ligue des champions, s’annonce plein d’émotion.

C’est l’un des secrets les mieux gardés de Londres. Depuis son arrivée à Arsenal, Olivier Giroud se fait très discret. Voire même invisible. Couvé par Arsène Wenger, l’attaquant de l’équipe de France ne s’exprime pas dans les médias. Depuis la reprise, il n’a jamais été envoyé en conférence de presse. Les demandes d’entretien individuel le concernant sont rejetées en bloc par les Gunners. Une « bunkérisation » qui se poursuit à l’heure où Giroud s’apprête à retrouver Montpellier, ce mardi en Ligue des champions. Les joueurs d’Arsenal ont même été priés de ne pas évoquer le cas de leur partenaire. Idem chez les champions de France, où les journalistes cherchant à faire un sujet sur le retour de Giroud n’ont pas trouvé d’interlocuteurs.

Une manière pour le club héraultais de ne pas servir de support de communication à son ancien héros. Et pour Arsenal de protéger son buteur de 25 ans, auteur d’un début de saison poussif. Titulaire à deux reprises en Premier League, le natif de Chambéry n’a pas encore trouvé le chemin des filets sous sa nouvelle tunique. « La réussite des attaquants est cyclique, nuance Wenger. A part quelques exceptions comme Messi, tous les attaquants vivent des périodes où ils marquent un peu moins. Il suffit d’un déclic. Beaucoup d’attaquants ont mis pas mal de temps à s’adapter à l’Angleterre. Le jeu y est vraiment spécifique. Il y a plus de chocs et de contacts. Ça rend le temps d’adaptation un peu plus long. » En attendant, Giroud, remplaçant lors du carton d’Arsenal face à Southampton ce week-end (6-1), n’est pas sûr de débuter face à ses anciens partenaires.

Yanga-Mbiwa : « Il ne marquera pas contre nous »

« En France, il a réussi à briller. En Angleterre, ce n’est pas pareil, remarque Mapou Yanga-Mbiwa, le capitaine du MHSC. Il lui faut du temps. C’est logique pour lui de vouloir briller devant son ancien public. Mais je l’ai prévenu que ça ne va pas être simple pour lui. Il ne va pas marquer contre nous ! » Trois mois après son départ, Giroud, qui a promis de ne pas célébrer un éventuel but, devrait recevoir une standing-ovation de la part de la Mosson. « Olivier n’a laissé que des bons souvenirs ici, glisse René Girard, l’entraîneur montpelliérain. C’est un garçon qui s’est battu pour le club. Il a beaucoup apporté dans la conquête de notre titre de champion. Le public l’accueillera comme il le mérite. »

Un accueil que le principal intéressé appréhende depuis le tirage au sort. « Ça fait bizarre, confie-t-il sur le site d’Arsenal. C’est le destin qui veut ça mais je pense que c’est une bonne chose. Je n’ai pas eu le temps de dire au revoir au public montpelliérain et je pense que ça va être très émouvant pour moi. » D’autant plus que Giroud ne croisera pas ses anciens potes avant la rencontre, les Gunners n’ayant prévu aucun entraînement à La Mosson. De quoi laisser leur n°12 un peu plus dans sa bulle. Avant les grandes retrouvailles.

Alexandre Jaquin avec Julien Landry, à Montpellier