RMC Sport

Govou : « Plus conquérants mentalement »

Passeur décisif en toute fin de rencontre contre Liverpool, le capitaine lyonnais a une nouvelle fois été très précieux.

Passeur décisif en toute fin de rencontre contre Liverpool, le capitaine lyonnais a une nouvelle fois été très précieux. - -

Deuxième équipe française à s’imposer à Liverpool (2-1), Lyon a su renverser la tendance alors que les Rhodaniens étaient menés 1-0 à vingt minutes de la fin. Le signe d’une force mentale à en croire le capitaine lyonnais.

Sidney Govou, êtes-vous conscient d’avoir réalisé quelque chose de grand, mardi soir ?
On sait qu’on a fait un gros match. Gagner là-bas n’est pas donné à tout le monde. En plus nous étions menés 1-0, on perd Cris… Pas mal de petits trucs laissaient à penser qu’on se dirigeait vers une défaite, mais nous avons eu les ressources morales, physiques pour revenir et gagner.

Tous ces pépins donnent un peu plus de relief à votre victoire…
Ça prouve qu’on a un très bon groupe. Quand on voit Max (ndlr, Maxime Gonalons) qui entre à un moment difficile, à un poste qui n’est pas le sien, et qui fait un énorme match, c’était beau à vivre.

La sortie de Gerrard a-t-elle changé quelque chose pour vous ?
Je n’ai pas réfléchi comme ça. C’est un fait de jeu. Qu’il soit là ou pas, nous on était là. Nous voulions faire quelque chose. Il a fallu s’adapter et faire comme d’habitude.

Avez-vous senti que cette équipe était prenable ?
Oui. On avait conscience qu’on avait les qualités pour les embêter. Mais en revenant après la mi-temps à 1-0, nous étions un peu déçus, parce que nous avions réalisé une bonne première période. On savait néanmoins qu’il y aurait des opportunités et qu’on ne devait pas lâcher pour revenir.

Quel a été le discours de Claude Puel à la pause ?
Il a recadré quelques points tactiques, parce que dans le dernier quart d’heure, on s’est peut-être un peu désorganisé. Il nous a clairement fait comprendre qu’on avait les moyens de revenir.

En tout cas, vous voilà premiers. Il ne faut pas perdre cette place, notamment dans deux semaines contre ces mêmes Reds…
On sait tous que dans cette compétition, la première place a son importance. On en a tous conscience. Terminer premier ou deuxième a une grosse incidence sur la suite.

Sentez-vous que cette équipe a un avenir ?
Tout est possible. Même si ce n’est qu’un match. Une fois qu’on passe les poules, le plus dur est à venir. Surtout que les huitièmes de finale arrivent en général quand Lyon a un petit creux. Si on se qualifie, il faudra repenser à tout cela pour être prêt. On a perdu des fortes individualités, mais en contrepartie, on a su créé un collectif plus dense. On est plus difficile à jouer et mentalement, nous sommes un peu plus conquérants.

Jean-Michel Aulas a avoué l’existence d’une grande causerie avant la rencontre. Que vous a dit Claude Puel ?
C’était plus axé sur le mental, même si en Ligue des champions, on n’a pas beaucoup de mal à entrer dans la rencontre. On sortait quand même d’une défaite contre Sochaux (2-0) à domicile. Il a un peu plus insisté sur la concentration et les éléments extérieurs pour vivre un grand match.

La rédaction-Luis Attaque