RMC Sport

Jérôme Onguéné (Salzbourg): "J’avais tellement envie de reprendre"

Pensionnaire du Red Bull Salzbourg, le défenseur français a repris l'entraînement. Avec soulagement.

Comme les clubs allemands, le Red Bull Salzbourg, en Autriche, a repris l’entraînement en début de semaine. Une libération pour Jérôme Onguéné qui vivait son confinement seul dans la quatrième ville du pays. L’ancien défenseur de Sochaux se positionne également pour une reprise de son championnat. Originaire de Mulhouse, où vit encore une partie de sa famille, le défenseur a suivi de très près la crise actuelle en France.

Comment s’est passée la reprise de l’entraînement avec votre club?

Très bien. On s’entraîne par groupe de 6 pour l’instant. Il y a quatre groupes, deux le matin et deux l’après-midi. Un groupe utilise le vestiaire du centre d’entraînement, l’autre celui du stade. Et sur le terrain, on respecte les distances, nous n’avons pas de contact.

Comment s’est décidée cette reprise?

La situation est un peu moins compliquée en Autriche qu’en France. On peut sortir, mais avec des restrictions. Je pouvais aller faire mes séances de sport entièrement dehors par exemple. Le club a ensuite décidé de nous faire reprendre. On a fait des tests physiques et des tests de coronavirus avant de s’entraîner. Tous les matins, on a une prise de température également, on a des masques et les médecins du club nous surveillent.

Vous n’avez pas eu peur de reprendre?

Non. J’avais tellement envie de reprendre. Le confinement a été un peu difficile car j’étais tout seul, ça me manquait d’aller à l’entraînement, de voir mes coéquipiers. Mais je suis quelqu’un de casanier de base. A partir de moment où j’ai vu que le club faisait tout pour notre santé, je n’ai pas eu peur de revenir.

Vous êtes donc pour une reprise du championnat en Autriche?

Oui. Je pense qu’il faudra au moins deux semaines d’entraînement collectif, quand on le pourra, pour revenir à une condition physique correcte. Reprendre le championnat, c’est mieux pour l’équité sportive. Nous sommes deuxième, à quelques points du leader (6 points de LASK), et nous pouvons encore être champions. On a envie de reprendre la compétition pour aller chercher ce titre.

Avez-vous accepté de baisser votre salaire?

Oui. Il y a eu des discussions entre les joueurs les plus anciens de l’effectif et la direction. Il a été décidé que ce serait au cas par cas. Mais tous les joueurs ont donné leur accord. Il y a des baisses entre 10 et 15%. Une réelle baisse des salaires, sans report pour le moment.

Propos recueillis par Loïc Tanzi