RMC Sport

L’argent du PSG agace en Allemagne

Karl-Heinz Rummenigge

Karl-Heinz Rummenigge - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

L’émergence du PSG sur la scène européenne fait grincer des dents en Allemagne, où médias et dirigeants critiquent régulièrement les champions de France et leurs fonds qataris.

Karl-Heinz Rummenigge n’est pas abonné au Parc des Princes. Et ça ne sera sans doute pas pour tout de suite. Depuis l’arrivée des actionnaires qataris, il y a deux ans et demi, le président du Bayern Munich ne rate jamais une occasion de critiquer le PSG. En mettant régulièrement la pression sur Michel Platini, le président de l’UEFA, apôtre du futur fair-play financier. Dans son viseur, le portefeuille extensible de Qatar Sport Investments, qui, d’après lui, créé une concurrence déloyale. Une idée qui fait son chemin outre-Rhin, où la théorie de Rummenigge a ses partisans. Manfred Weber, un journaliste allemand, en fait partie.

« L’idée c’est de dire qu’il y a quelques clubs qui ne respectent pas les règles du jeu, explique-t-il. Si un club reçoit 300 millions d’euros de la part d’un sponsor qui n’a rien à avoir avec le football, on a un déséquilibre. Il n’y a pas les mêmes règles pour tout le monde. » Des critiques dont Manchester City et Chelsea ont également fait l’objet il y a quelques années. Au point de se demander si les Allemands ne craignent tout simplement pas ces nouveaux riches du ballon rond.

Blanc : « C'est la même chose ailleurs »

« Non, ce n’est pas une question de peur, assure Weber, correspondant à Paris pour le magazine Focus online. C’est une question de respect des règles. Là, ça devient très artificiel. Contrairement à Manchester City et Chelsea, au PSG, c’est allé très vite avec les grandes stars mondiales. Ce n’est pas une bonne chose pour le football français. Au PSG, il n’y a quasiment plus un Français. Le bon exemple, c’est l’Angleterre, qui n’a plus rien gagné depuis la Coupe du monde 1966. Ils ont beaucoup de stars dans leurs clubs mais leur équipe nationale est moyenne. »

Une défiance à la quelle Laurent Blanc a répondu en conférence de presse, ce mardi, à la veille d’accueillir le Bayer Leverkusen en 8e de finale retour de la Ligue des champions. « Je dis aux gens qui aiment le football : regardez ce qu’il se passe ailleurs, c’est la même chose, a déclaré le coach du PSG. Toutes les équipes qui ont une puissance financière dominent les autres. C’est une réalité en Espagne, en Angleterre, en Allemagne. Je crois qu’il ne faut pas trop s’y arrêter. On essaie de se concentrer sur le jeu. On n’arrivera jamais à faire l’unanimité. » A priori, pas en Allemagne en tout cas.

A lire aussi :

>> Blanc : « Pas grand-chose à craindre »

>> Ancelotti voulait « continuer au PSG »

>> Le Kazaroké avec Blaise Matuidi !

A.J. et L.B.