RMC Sport

La belle histoire de Maxime Gonalons

-

- - -

Entré en jeu à la place de Cris, blessé, le jeune Maxime Gonalons a été l'un des héros de la soirée en égalisant pour Lyon, mardi, à Liverpool (2-1). Ce jeune de Vénissieux, formé par l’OL, a toutefois bien failli ne jamais devenir professionnel.

Arrivé à Lyon à l’âge de 14 ans en provenance du FC Villefranche-Beaujolais (Rhône) et formé à l’OL comme milieu de terrain, Maxime Gonalons, 20 ans, entre en jeu mardi à la place de Cris, blessé (42e), pour former une charnière centrale inédite avec Jérémy Toulalan, lui aussi habituellement milieu récupérateur. Et c’est lui qui, d’une tête plongeante rageuse, vient tromper Reina dans la surface, alors que le portier de Liverpool venait de réaliser deux parades extraordinaires au-devant de Toulalan et de Govou (72e). Le jeune Gonalons marque ainsi son premier but professionnel sous les couleurs de l’OL.

On a évoqué l’amputation du pied

Un buteur que l’on n’attendait donc pas, et un jeune joueur qui a bien failli ne jamais devenir professionnel… Victime d'une infection à un pied qu'il a bien failli perdre, il n'a en effet quasiment pas joué la saison dernière. La faute à une banale ampoule mal soignée un soir d’été, qui fait nid à un staphylocoque doré et bientôt à un début de septicémie. Et si le staff médical évoque même la possibilité d’amputer le pied pour éviter une contagion, le virus cède finalement sous l’effet des traitements au bout de deux jours. Deux jours durant lesquels Maxime Gonalons craint le pire… Et il lui faudra tout de même huit mois pour s’en remettre, huit mois de galère à un moment charnière dans sa carrière. De nouveau en pleine possession de ses moyens en juin dernier, Claude Puel lui donne une seconde chance sous la forme d’un contrat professionnel. Une deuxième chance que Maxime Gonalons a su saisir à bras le corps mardi soir. D’abord dans un rôle de défenseur de fortune, lui le milieu de formation, puis dans celui du buteur libérateur pour un joli pied de nez au destin, qui plus est à Anfield…

La rédaction avec E.J. (RMC Sport)