RMC Sport

Lacazette : « On sait à quoi s’attendre »

Alexandre Lacazette

Alexandre Lacazette - -

L’OL va tenter de valider son billet pour les barrages de la Ligue des champions sur la pelouse du Grasshopper Zürich, mardi en Suisse (21h). Une rencontre dont se méfie l’attaquant lyonnais Alexandre Lacazette, une semaine après la difficile victoire de l’aller (1-0).

Alexandre, comment imaginez-vous ce match retour à Zürich ?

Le match sera difficile puisque le Grasshopper n’aura plus rien à perdre devant son public. Les Suisses vont tout donner pour tenter de se qualifier. On sait à quoi s’attendre.

Vous avez une semaine de plus de préparation dans les jambes. Qu’est-ce que cela change ?

En réalité, ce premier match nous a mis en confiance. On connait nos adversaires. On a pu bien récupérer pendant une semaine. On a bien travaillé. On est prêt, ne vous inquiétez pas.

Cette rencontre peut-elle conditionner la suite de la saison de l’Olympique Lyonnais ?

Bien sûr. Si on perd, on n’ira pas en Ligue des champions. C’est un match capital pour nous. On doit le gagner. En cas de bon résultat, on se qualifierait pour un dernier barrage qui, j’espère, nous permettra d’aller en Ligue des champions.

« Le Grasshopper va devoir se livrer »

Vous attendez-vous à avoir plus d’espaces qu’à l’aller ?

Je pense qu’il y aura plus d’espaces. Le Grasshopper va devoir se livrer. Les joueurs ne vont pas rester en bloc. Ils vont essayer de marquer le plus vite possible. On va se préparer à les contre-attaquer. J’espère simplement qu’on se qualifiera pour le prochain tour. Que l’on ait plus d’espaces ou non, le plus important sera la qualification.

Craignez-vous de souffrir de la chaleur ?

Lorsqu’il fait très chaud, les joueurs ont beaucoup de mal sur la pelouse. Nous avons fait des matches au mois de juillet pour nous préparer à cette rencontre et aux fortes chaleurs. Il faudra prendre en compte la température.

Rémi Garde a-t-il insisté sur un domaine à exploiter ?

Le coach nous a demandé de jouer beaucoup sur les côtés. Que ce soit Gaël Danic avec Mouhamadou Dabo dans le couloir gauche ou Miguel Lopes avec moi dans le couloir droit, nous nous entendons très bien. Les automatismes sont présents. C’est parfait pour l’OL.

A lire aussi :

>> Mandanda : « L'OM doit être ambitieux »

>> Transferts – Mais que fait Arsenal ?

>> Mercato : les rumeurs étrangères du 5 août

Propos recueillis par Edward Jay, à Zürich