RMC Sport

Le Barça répond au Real

-

- - -

Les Catalans se sont largement imposés (5-1) face au Shakhtar Donetsk ce mercredi en quart de finale aller de la Ligue des champions. Une demi-finale explosive est déjà en train de se dessiner face au Real Madrid.

Le Barça aime les défis. Et encore plus lorsqu’ils sont lancés par le Real Madrid. Ecrasants vainqueurs de Tottenham (4-0) mardi, les Merengue ont fait un grand pas vers le dernier carré de la Ligue des champions. Une manière d’inviter leur rival catalan à les rejoindre pour un duel épique en demi-finale (26-27 avril, 3-4 mai). Une invitation que les joueurs de Josep Guardiola ont évidemment acceptée « avec bon cœur ». Aux dépens d’un Shakhtar Donetsk dépassé par ce duel à distance entre les frères ennemis espagnols…
Dès la 2e minute, Andrès Iniesta se charge de faire passer le message. Avant de délivrer une ouverture lumineuse pour Daniel Alvès (33e). Le Camp Nou a compris. Ses protégés veulent répondre à la démonstration des hommes de José Mourinho. Et ils vont s’y appliquer. En deuxième période, Gérard Piqué donne une ampleur plus conséquente au score d’une frappe contrée (53e). Dans la foulée, les Ukrainiens réduisent la marque grâce à Rakytskiy (56e). De quoi semer le doute dans les esprits catalans ? Pas vraiment. Le Barça a pris rendez-vous et il n’est pas du genre à se décommander. Seydou Keita (58e) et Xavi (85e) le rappellent à cet audacieux Shakhtar.

Deux défaites en quarante-six matches

Avant la rencontre, Mircea Lucescu était plutôt confiant. Pas sûr que le coach roumain ne le soit toujours après un tel récital. En confisquant le ballon, comme à leur habitude, les Blaugrana se sont dégagés la route avant le retour à Donetsk mardi prochain. Sans Puyol, blessé ni Pedro, remplaçant, les leaders de Liga ont enchaîné une neuvième victoire consécutive à domicile en Ligue des Champions. Battus seulement deux fois lors de leurs quarante-six dernières sorties, (toutes compétitions confondues), les partenaires de Lionel Messi se préparent vingt jours de folie. Avec quatre « classico » en ligne de mire (entre mi-avril et début mai). A condition de finir le travail en Ukraine. Tout en espérant que le Real ne s’effondre pas à White Hart Lane.

Alexandre Jaquin