RMC Sport

Le PSG en souverain serein

-

- - -

Dominateur derrière les prestations exceptionnelles de Zlatan Ibrahimovic (doublé) et Marco Verratti, Paris a donné la leçon à Benfica (3-0), ce mercredi au Parc des Princes, et se rapproche déjà de la qualification pour les huitièmes.

Un score large et vite acquis. Des stars qui brillent. De la sérénité. Une qualification pour les huitièmes de finale déjà très bien engagée après deux matches. La formule en quatre points sied souvent aux grands clubs dans la phase de poules de la Ligue des champions. Elle s’applique désormais au PSG. Candidat revendiqué, via la voix de Zlatan Ibrahimovic, à une victoire finale dans la plus belle des compétitions européennes, le club parisien a assumé ce statut en signant une très belle victoire face à Benfica (3-0), son principal rival du groupe, ce mercredi soir au Parc des Princes.

De quoi afficher un bilan comptable royal : deux victoires en deux matches, après le 4-1 sur la pelouse de l’Olympiakos, et six points dans la musette qui rapprochent les hommes de Laurent Blanc de leur premier objectif dans la compétition, la qualification. Et de la première place du groupe synonyme de tirage moins compliqué et de huitième de finale retour à la maison. Mais au-delà des chiffres, il y a l’impression. La facilité dégagée. La sensation d’une équipe invaincue en C1 depuis le...3 octobre 2012 (défaite 1-0 à Porto) plusieurs niveaux au-dessus de son adversaire du jour. Qui a envoyé un message d’ambition au reste de l’Europe (comme au rival Marseille, prochain adversaire en L1). Et qui ne devrait trouver de véritable opposition qu’à partir des matches couperet où l’attendront le gratin du ballon rond continental.

414 passes réussies contre... 171 à la mi-temps

Mais en attendant ces joutes qui font saliver d’avance, revenons à Benfica. Un match plié en une demi-heure. Le temps pour Paris, en mode Ligue des champions, d’imposer sa supériorité au finaliste de la dernière Ligue Europa avec une domination totale symbolisée par une possession de balle de… 70% à la mi-temps (où le PSG avait déjà réussi 414 passes contre… 171 pour Benfica). Le temps, aussi, de régler l’affaire au tableau d’affichage et de calmer les nombreux supporters portugais présents au Parc. Cela n’a même pas pris cinq minutes, d’ailleurs. Un bijou de mouvement Matuidi-Verratti-Van der Wiel-Ibrahimovic voyait ce dernier conclure dans la surface (1-0, 5e) pour permettre à son équipe de prendre l’avantage.

Vingt minutes plus tard, symbole d’une période où le club de la capitale asphyxiait son adversaire, les artistes Verratti et Ibrahimovic allaient encore faire craquer la défense lisboète. Une talonnade signée Zlatan, un ballon tout en finesse de Marco Verratti et Matuidi n’avait plus qu’à centrer à ras-de-terre avant la conclusion de Marquinhos (2-0, 25e), son deuxième but en deux matches de Ligue des champions. Et c’est la superstar suédoise, immense ce mercredi soir, qui posait la cerise sur le gâteau sur une tête croisée consécutive à un corner de Thiago Motta (3-0, 30e). Ibra, Lucas ou Cavani auront d’autres occasions de marquer par la suite dans une seconde période où Paris baissera de pied, peut-être pour mieux préparer le choc de dimanche face à l'OM. Mais les voir manquer le coche n’aura aucune conséquence après une telle première demi-heure. Douce soirée parisienne, donc, à peine gâchée par la bouderie de Ménez quand Lucas lui sera préféré pour rentrer en jeu. Quand il joue comme ça, avec un Verratti et un Ibrahimovic exceptionnels de talent (sans oublier un Thiago Motta monstrueux d'abattage ni... l'absence du patron défensif Thiago Silva), personne en France ne peut résister à ce PSG. Et en Europe ? Plus beaucoup de monde.

A lire aussi :

>> PSG-Benfica : les notes

>> Riolo : "Le PSG gagne et régale..."

>> Ibrahimovic : "Tout est réuni pour gagner la Ligue des champions"

Alexandre Herbinet