RMC Sport

Ligue des champions: le PSG favorisé par l'arrêt de la Ligue 1? L'avis de Ceferin

En marge de la présentation du calendrier de la fin de saison européenne, le président de l'UEFA Aleksander Ceferin a évoqué ce mercredi la situation à part du PSG en Ligue des champions. En effet, le club de la capitale sera la seule équipe (peut-être avec Lyon) à ne pas avoir joué pendant cinq mois avant de retrouver la scène aux étoiles.

Si les quatre plus gros championnats européens ont repris suite à la crise sanitaire, ou vont reprendre, la Ligue 1 a elle été définitivement stoppée. Une situation particulière qui a entraîné de très nombreux débats dans le football français ces dernières semaines, mais qui interpelle aussi à l'étranger. Ce mercredi, après la présentation par l'UEFA du calendrier de la fin de saison, un journaliste suisse a ainsi interrogé le président de l'instance, Aleksander Ceferin, sur le cas du PSG en Ligue des champions.

Alors que tous les autres clubs encore en lice auront enchaîné les rencontres de championnat d'ici le 12 août et le début du Final 8 à Lisbonne, Paris sera en effet la seule équipe (avec l'OL, s'il bat la Juve en huitième de finale retour) à avoir eu environ cinq mois sans compétition.

"Cette saison est très spéciale, elle va se terminer d’une manière inédite"

Certains y voient un inconvénient, car les hommes de Thomas Tuchel pourraient cruellement manquer de rythme, même avec quelques amicaux en amont. Mais d'autres y voient visiblement un atout: les Parisiens pourraient arriver plus frais que les autres à Lisbonne, et auront été moins exposés aux éventuelles blessures.

Qu'en pense Ceferin? "Au sujet d’un avantage ou d’un désavantage pour le PSG en Ligue des champions, il faut interroger le PSG, déclare le patron du football européen. Pour moi cette saison est très spéciale, elle va se terminer d’une manière inédite, alors il est dur de savoir ce qui sera un avantage ou un désavantage."

En revanche, le Slovène semble penser que la Ligue 1 aurait pu aller à son terme. Ou du moins qu'il était possible d'attendre avant d'acter sa fin. "C’est la décision de la Ligue française, de la Fédération française et des autorités nationales, observe-t-il. Mais personnellement, je pense que cette décision a été prise trop tôt."

CC