RMC Sport

Lille-Chelsea: Osimhen n'a pas suffi, les buts de Willian et Abraham qui coûtent cher

Le LOSC peut avoir quelques regrets. S'il est d'abord revenu au score ce mercredi soir face à Chelsea en Ligue des champions (sur RMC Sport), le club nordiste a fini par craquer face à une formation anglaise supérieure, mais pas tant que ça (2-1).

Il y a du mieux, mais toujours pas de victoire. Balayé sur la pelouse de l'Ajax il y a deux semaines pour son grand retour en Ligue des champions (3-0), le LOSC a longtemps pensé débloquer son compteur de points ce mercredi soir, avec la réception de Chelsea. Mais après avoir égalisé, et tenu tête au club anglais pendant plus de trois quarts d'heure, Lille a fini par se faire cueillir en fin de match (2-1). Faute d'expérience, de jus, et peut-être de rigueur défensive. Le voilà toujours lanterne rouge du groupe H.

>>> Cliquez ici pour vous abonner à RMC Sport et profiter en exclusivité de la Ligue des champions

Le noir pendant une demi-heure, jusqu'à la lumière Osimhen

S'il avait fallu 90 minutes au LOSC pour redécouvrir à Amsterdam le rythme et la dure réalité de la C1, il lui en a fallu 30 de plus, ce mercredi, pour enfin exister. Asphyxiés pendant une demi-heure, fébriles à l'arrière, et incapables de trouver les joueurs offensifs, les hommes de Christophe Galtier se sont d'abord fait marcher dessus par Chelsea et ses jeunes loups, à l'image de Reece James, Mason Mount et Tammy Abraham.

En ce sens, l'ouverture du score du dernier cité, à la 22e, n'a pas été une grande surprise. Trouvé dans le dos de la défense lilloise et bien couvert par Reinildo, l'avant-centre a parfaitement aligné Maignan pour éteindre un Pierre-Mauroy déjà assez (trop?) silencieux.

Et puis soudain, le LOSC s'est rappelé que l'Europe du football le regardait, qu'il fallait peut-être hausser son niveau de jeu pour exister sur la scène aux étoiles. Ce qu'il a fait. Après une première mèche de Luiz Araujo, les Dogues ont obtenu coup sur coup deux corners. Sur le deuxième, à la 33e, le Nigérian Victor Osimhen a croqué Tomori pour reprendre d'un beau coup de boule piqué le ballon de Bamba et égaliser. Le match, le vrai, était lancé.

Quelques occasions, mais trop de fragilité derrière

Plus incisif, plus agressif, et mieux organisé, le club français a livré une belle bataille avec la formation londonienne. Il s'est procuré quelques occasions, à l'image d'une tête croisée d'André sur un nouveau corner (52e), et aurait peut-être pu prétendre à mieux si Osimhen n'avait pas gâché une belle situation en la jouant perso (71e), ou si Kepa n'avait pas rattrapé sa propre boulette dans les arrêts de jeu.

Problème: la défense lilloise, elle, n'a jamais semblé imperméable. Sur chaque percée des Blues, sur chaque véritable mouvement, on a senti un frisson parcourir l'enceinte de Villeneuve d'Ascq. C'était le cas lorsque Jorginho a trouvé le poteau droit d'une frappe enroulée à la 45e, ou lorsque Maignan a dû se détendre sur une frappe croisée de Mount (73e). Et, bien sûr, la branche a fini par casser... Avec la manière.

A la 78e, Hudson-Odoi a centré au deuxième poteau en direction de Willian. Reinildo était encore trop loin, le Brésilien en a profité pour envoyer une superbe volée smashée. Et priver ainsi le LOSC de sa première unité en C1.

CC