RMC Sport

Lyon entretient le suspense

-

- - -

Une fois de plus, le Real ne s’est pas imposé face à Lyon (1-1). Mais cette fois-ci, et malgré le mince espoir entretenu par l’égalisation de Gomis, l’ouverture du score de Benzema place les Merengue en ballotage favorable avant le match retour.

Qui osera prétendre que le Real est presque qualifié après ce premier acte ? D’arrogants et amnésiques Madrilènes peut-être, qui n’auraient pas retenu les leçons de réalisme infligées par l’OL au Real depuis 2004 à chacun de ses passages dans la capitale espagnole. A Santiago Bernabeu, l’OL n’a jamais perdu, n’a jamais gagné non plus. Dans trois semaines, devant 75 000 aficionados survoltés à l’idée d’enfin retrouver un quart européen, les Gones seront face à un défi plus grand encore que lors de leurs trois premiers voyages, où ils étaient arrivés à chaque fois avec un succès en soute. Là, Benzema leur a fait très mal avant que Gomis ne redonne vie au possible miracle. Rien n’est fait.

Les joueurs de Claude Puel ont d’abord montré du courage et leurs limites face à une Maison Blanche dont les bases ont été solidifiées par Jose Mourinho. Personne ne peut contester la supériorité du Real, dans les duels, la maitrise du ballon, au nombre d’occasions. D’ailleurs, après un premier acte équilibré, rythmé mais sans grandes envolées, ce sont les Madrilènes qui ont accéléré après la pause.

Benzema buteur supersonique

Une première tentative de Ronaldo est déviée d’un cheveu par Sergio Ramos sur le poteau. Dans la minute qui suit, le fougueux latéral espagnol trouve cette fois la barre sur un corner d’Özil. Deux chaleurs avant la flamme allumée par Benzema : entré sur la pelouse quarante seconde plus tôt, il profite d’un service de Ronaldo et d’une grande lucidité pour ouvrir le score malgré le retour de Cris (65e). Le coup de massue est violent, semble déjà définitif. Mais au courage comme souvent, l’OL se relève et Cris s’élève. Sa déviation de la tête trouve Gomis, seul aux six mètres qui fusille Casillas (83e) et redonne espoir au peuple gone : « On a largement rivalisé avec cette équipe du Real Madrid, se réjouit Claude Puel. C’est toujours embêtant de prendre un but à domicile mais par rapport à ce qu’on a produit, on a montré qu’on avait les capacités pour aller chercher la qualif à Madrid. Et on va le faire. »
Dans trois semaines, les Lyonnais iront encore à Madrid le couteau entre les dents et l’espoir bien vivace. Et les Madrilènes, on peut faire confiance à Mourinho pour ça, ne prendront pas ce défi à la légère.