RMC Sport

M’Baye Niang, un destin à la Balotelli ?

M'Baye Niang

M'Baye Niang - -

Le jeune (18 ans) Français arrivé cet été au Milan AC a connu des derniers mois entre frasques en dehors du terrain et progrès sur la pelouse. Et voit fleurir les comparaisons avec l’attaquant italien. Portrait avant le match face au Barça,ce mercredi, où Niang sera sur le banc mais pourrait entrer.

Le début de l’histoire ressemble à un conte de fées. Un joueur de 17 ans (18 désormais) de Caen, deuxième plus jeune buteur en L1 (16 ans et 4 mois), recruté par le Milan AC. Mais la suite a bien failli virer au cauchemar. Transféré en août, M’Baye Niang commence mal son aventure lombarde. Début septembre, le Français se fait arrêter par la police alors qu’il conduit sans permis et tente de se faire passer pour… son coéquipier Bakaye Traoré. En octobre, il fait partie des cinq internationaux Espoirs partis en virée nocturne un samedi soir à Paris alors que le groupe séjourne au Havre. Il sera suspendu de sélection nationale jusqu’au 31 décembre 2013.

Un épisode qui lui vaudra une soufflante dans le bureau d’Adriano Galliani, vice-président du Milan. Et qui le fera grandir. « Maintenant, j’ai compris », expliquait-il récemment dans le Corriere dello Sport. Au lieu de faire appel, le jeune homme assume la sanction et décide de répondre sur le terrain. Efforts à l’entraînement, profil bas, Niang montre peu à peu ses qualités. « C’est un très bon joueur, jeune, qui s’entraîne bien, lançait Galliani début novembre. Mais il doit changer son style de vie en dehors du football. » Le garçon se met à enchaîner les matches, neuf en tout en championnat depuis le début de la saison, dont six titularisations.

Berlusconi demande à le connaître

« Le travail commence à payer, explique-t-il début février dans Luis Attaque sur RMC. Il y a beaucoup de concurrence mais il ne faut pas se laisser impressionner. Au début, j’étais un peu foufou, mais j’ai compris comment ça fonctionnait en Italie et je me suis calmé. A moi de faire attention à mon hygiène de vie pour éviter toute blessure. Au début, il fallait prouver, je commence à le faire. » Au point de voir son contrat prolongé, fin décembre, jusqu’au 30 juin 2017. Au point, aussi, d’attirer les comparaisons avec… Mario Balotelli, arrivé au Milan au mercato hivernal.

Frasques en dehors du pré, profil d’attaquant, style capillaire, les points communs semblent nombreux. Et le jeune Français n’a que des mots doux pour son aîné. « Mario est un bon garçon, il n’y a aucun souci avec lui. Il fait rire, il ne fait pas pleurer les gens. » Niang comme petit frère de « Super Mario » ? « J’aime beaucoup ce Niang. Il me rappelle Balotelli mais j’espère qu’il vaut mieux comme homme », nuance Silvio Berlusconi, le président du club. Un Berlusconi qui lors de son retour à Milanello, le 16 novembre, a tout de suite voulu connaître ce jeune dont on lui avait dit tant de bien sur le terrain mais qui semblait si ingérable en dehors. Mais il faut croire que les derniers mois ont bien fait grandir M’Baye. La semaine dernière, à Milanello, Balotelli s’est amusé à le faire tomber à terre d’une prise de catch-judo. Massimiliano Allegri, le coach milanais, aurait alors beaucoup apprécié de le voir ne pas réagir pour ne pas faire durer le moment de déconcentration. Un gage de sérieux. Et d’avenir brillant ?

AH avec Didier Mengot