RMC Sport

Mamic, l’embarrassant patron du Dinamo

Zdravko Mamic, un président  ultra à la sauce balkanique

Zdravko Mamic, un président ultra à la sauce balkanique - -

L’homme fort du club de Zagreb, au centre de la polémique qui a suivi la large victoire des Lyonnais mercredi (1-7) en Ligue des champions, est du genre à sentir le soufre. Portrait d’un dirigeant ultra à la sauce balkanique.

Zdravko Mamic n’est pas un tendre. « Un président atypique », raconte Vahid Halilhodzic, l’ancien entraîneur du PSG, qui a quitté le Dinamo Zagreb avec perte et fracas au printemps dernier, après une soirée mouvementée où l’homme fort du club fait une entrée fracassante dans le vestiaire en plein match de championnat. « Il a insulté tout le monde », raconte le Bosnien. Les noms d’oiseau et si plus si affinité, Mamic connait. Ses premiers pas au Dinamo remontent aux années 70 quand il s’illustrait avec les Bad Blue Boys, frange ultra du club. Dans les années 80, sa collaboration avec le futur sélectionneur de la Croatie (troisième de la Coupe du monde 1998) Miroslav Blazevic lui offre une ascension fulgurante : il accède à la présidence en 2003. Depuis, l’homme de 52 ans, patron d’une entreprise de fabrication de bouteilles avant de s’apercevoir que le foot pouvait être autrement rémunérateur, multiplie les frasques et les provocations.

Saluts nazis, propos homophobes, lourds soupçons de matches arrangés, conflits d’intérêts, chasse aux journalistes, le portrait dépasse la caricature. Devant un reporter qui l’interroge sur les activités d’agent de joueurs de son fils aîné Stojko, le bouillant président n’y va pas avec le dos de la cuillère : « Crétin, mon fils fera ce que je veux et ce que je pense bien de faire. J’enc… ta mère qui t’as fait naitre ! » « C’est quelqu’un qui a beaucoup d’amis mais aussi beaucoup d’ennemis, sa réussite sportive ne laisse pas indifférent », résume Halilhodzic. Avant la rencontre, Mamic, dont l’équipe jouait face à l’OL son dernier match de l’année, annonce que les Français gagneront par au moins 3-0 ! « Le Dinamo est éliminé donc nos joueurs pensent déjà aux filles qu'ils vont pouvoir accoster durant les vacances de Noël dans les hôtels de Costa Brava ou sur les plages de Rio de Janeiro ». Pour la finesse, on repassera mais le pronostic était plutôt bien senti. Au point que l’UEFA pourrait bientôt se saisir du dossier…