RMC Sport

Nasri a été décisif

Samir Nasri

Samir Nasri - -

Les joueurs français auront connu des fortunes diverses lors de ce spectaculaire Arsenal-Barcelone (2-1), 8e de finale aller de la Ligue des champions. Au jeu des comparaisons, Koscielny et surtout Nasri, diminué mais décisif en fin de match, ont mérité la mention bien

Titularisé pour la première fois depuis le 30 janvier dernier, Samir Nasri, tout juste remis de sa déchirure à la cuisse gauche, était hier soir à court de rythme. Pourtant, l’ex Marseillais a été l’un des grands artisans de la victoire d’Arsenal face à Barcelone (2-1) en 8e de finale aller de la Ligue des champions, en offrant le but du succès à Archavine (83e).

Même loin de son meilleur niveau, l’international français a su élever son niveau de jeu quand il le fallait. Son statut a bien changé. Arsène Wenger ne s’est pas trompé en le titularisant. Pourtant, Nasri a été amené à beaucoup défendre en raison des montées incessantes de Daniel Alves. Les deux hommes se sont livrés un duel d’acharné. Barcelone, qui était conscient du danger que représentait Nasri, a malgré tout bien su gérer le meneur français.
La soirée a été plus compliquée pour Gaël Clichy. Le latéral français est impliqué sur le but de Barcelone puisqu’il couvre David Villa, qui est à la limite du hors jeu. Il a aussi eu du mal à tenir son couloir gêné comme Nasri par les aller-retour d’Alves. Un match encore à oublier pour Clichy, même s’il est à l’origine de l’égalisation de Van Persie.

Clichy a souffert

Dans l’axe, Laurent Koscielny a en revanche réalisé une première mi-temps délicate. Pris à quelques reprises notamment par la vitesse de Villa, il a malgré tout limité la casse. Il a réalisé une secondé période bien plus consistante dans ses interventions. Un match plus que correct au final pour l’ancien Lorientais, qui s’affirme au plus haut-niveau.
Enfin, côté Barça, Eric Abidal a réalisé lui aussi une prestation correcte. Sobre comme à son habitude, il a été décisif en première période en sauvant in extremis son camp de la tête sur sa ligne de but. En revanche, il est impliqué sur le second but d’Arsenal puisqu’il ne presse pas assez Archavine sur sa frappe victorieuse.

Marc Benoist