RMC Sport

Noah : « On recommence à rêver »

-

- - -

EXCLU RMC SPORT. Supporter du PSG, Yannick Noah espère voir les Parisiens s’imposer à Barcelone et se qualifier pour les quarts de finale de la Ligue des champions. Invité de Luis Attaque, il évoque cette rencontre, mais aussi la faillite française en Coupe Davis.

PSG-Barcelone

« J’étais au Parc des Princes. J’ai adoré voir le Parc des Princes avec cette ambiance. J’ai adoré voir l’évènement. Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas vécu un tel évènement. Après, il y a le contenu, et en plus, c’est le Barça. C’est assez extraordinaire alors qu’il y a quelques années, en tant que supporter, on souffrait. Là, il y avait de la couleur, de la joie. Jouer Barcelone, c’est prestigieux. Se retrouver au Parc pour ce match, c’était génial. Ça fait des années que nous sommes sevrés de grands matchs. On n’avait pas l’impression d’être un peu puni. Et finalement, je vois le Barça, je me dis : ‘’Mais, ils sont chez nous, quoi ! Ils sont chez nous !’’ Ce sont des équipes et des joueurs qu’on voit depuis des années. Je me suis éclaté. On était dans le match, on en ressort la tête haute. »

Une chance au retour

« Bien sûr, sinon on n’y va pas. Il y a plus de chance que Barcelone gagne, mais on a une chance. Le PSG est perfectible. Quand on joue contre une grande équipe, les gars sont stimulés. Ils vont faire le match de l’année. Quand on voit l’équipe, on se dit qu’on peut mettre un but sur une contre-attaque. »

L’arrivée des Qataris à Paris

« Je m’éclate. Je suis content qu’on se remette à la page. On recommence à rêver. On entend des noms incroyables. Les meilleurs pourraient éventuellement venir chez nous. Je ne rentre pas dans le reste. Je vais au stade. Ça fait longtemps que je n’y allais plus. Mon dernier enfant a 8 ans. Il y vit une ambiance de fête à nouveau. On a la chance de voir des joueurs qu’on n’aurait pas vus sans argent. Pourquoi rêver d’aller voir un match du Real Madrid ? On a cette chance aujourd’hui. J’ai beaucoup de mal à comprendre les gens qui s’interrogent sur l’aspect positif. Regardez à l’OM : les gens regrettent la belle époque de Bernard Tapie. On ne se demandait pas d’où venait l’argent. On voulait juste que ça marche. Les gens en parlent avec émotion et ils ont raison car ils ont vécu quelque chose d’extraordinaire. Maintenant, c’est au tour de Paris. »

Carlo Ancelotti

« J’ai un faible pour coach Ancelotti. Je suis un grand fan. J’adore ses analyses, son sang-froid, sa façon de répondre tranquillement aux critiques. C’est intelligent. On a la chance d’avoir un entraîneur de cette qualité. Il y a forcément des moments où ça tâtonne. Et quand ça a commencé à tanguer, il n’a jamais perdu son sang-froid. »

Zlatan

« Il me plait. J’ai des enfants suédois. On le suit depuis longtemps. Il y avait des posters dans la chambre avant sa venue à Paris. C’est un caractère incroyable. Mais c’est d’abord un bosseur, un gagneur. J’aimerais parfois qu’il revienne quand il perd la balle. C’est la seule chose. Sinon, je suis à fond. C’est un style. Il sera prêt. Ces joueurs ont l’habitude. Ils ont raison car ce sont ces matchs qui fond ban... » 

L’élimination des Bleus en quarts de finale de la Coupe Davis

« Ce sont des matches difficiles. C’était compliqué pour le baptême du feu d’Arnaud Clément en tant que capitaine, même s’il y avait eu un premier tour facile avant (contre Israël). C’est dur de te retrouver planter par ton numéro 2 (Richard Gasquet) à deux jours du match à cause d’une entorse. Gilles Simon s’est retrouvé balancé dans la gueule du lion alors que c’est un gars qui doute depuis le début en Coupe Davis. C’était vraiment un match-piège pour lui. Là, il s’en prend plein la gueule et il a souffert. Il a fait ce qu’il a pu mais c’est un joueur délicat, sensible et c’est difficile pour ce genre de personnalités en Coupe Davis. Il faut plus des cogneurs, des bagarreurs. »

L’état d’esprit de l’équipe de France

« Il y a un bon état d’esprit. Mais les saisons sont très longues et il n’y a que deux joueurs qui te ramènent trois points. Ce n’est pas un groupe de 15-20. Si tu arrives à avoir ces deux joueurs et à les motiver, ça suffit. Là, Gasquet ne joue pas alors qu’il est 9e mondial. On peut penser qu’il avait une chance contre le 71e (Carlos Berlocq) mais il ne joue pas ! Gaël Monfils revient de blessure etc. Mais c’est vrai que cela commence à faire un certain nombre d’années que nos joueurs sont bons dans les tournois mais, quand ils arrivent en Coupe Davis, ils ne sont pas à 100%. Ça n’engage que moi mais je pense que ce n’est pas leur priorité. »

Sa victoire à Roland-Garros il y a 30 ans

« J’y pense un peu en ce moment parce qu’on m’en parle. Les pages sont jaunies, ça fait très longtemps. Mais ça restera pour toujours un moment important de ma vie. C’est le moment où je suis rentré dans le cœur des gens. Aucun joueur français n’a remporté de Grand Chelem depuis, mais les places sont chères. A Roland-Garros, il faut battre Nadal et, avant lui, il faut se taper Djokovic ou Murray. C’est vraiment dur… »

A lire aussi :

>>> Y. Noah : « La Coupe Davis n’est pas leur priorité »

>>> La presse espagnole pessimiste pour Messi

>>> EN IMAGES : Le Barça, pas invincible en C1

Luis Attaque