RMC Sport

PSG: "Avec Tapie, ça se passerait différemment" selon un champion d'Europe 1993

Vainqueur de la Ligue des champions avec l’OM en 1993, Jean-Philippe Durand estime qu’il manque du caractère et un manager à poigne au PSG. L’ancien milieu de terrain marseillais s’appuie sur l’exemple de Bernard Tapie.

Mais que manque-t-il au PSG pour enfin assouvir ses ambitions en Ligue des champions ? Après la défaite à Dortmund en 8e de finale aller (2-1), le débat s’est rouvert. Pour un champion d’Europe en 1993 avec l’OM, Jean-Philippe Durand, c’est du caractère, avec un fort objectif commun, et un manager à poigne qu’il manque aux Parisiens. Un profil similaire à celui de Bernard Tapie, qui apportait une grande rigueur à l’OM.

"Paris a construit une équipe avec des stars, des joueurs de renom, explique Jean-Philippe Durand à RMC Sport. Mais concrètement, ce n’est pas une vraie équipe. Je pense qu’ils n’ont pas un projet commun qui va les amener à se surpasser dans les moments importants. Les moments importants, c’est maintenant. La problématique de Paris, ce n’est pas la qualité de ses joueurs. C’est que foncièrement, ils n’arrivent pas à faire une équipe. En 1993, quand on gagne la Coupe d’Europe, on n’a peut-être pas l’équipe la plus brillante de l’histoire de l’OM. Par contre, en termes de caractère, de mentalité, d’état d’esprit, on était vraiment au top. On avait vraiment un but commun, celui d’aller au bout. Je pense que c’est nécessaire."

"Si Tapie était au PSG aujourd’hui, ça se passerait différemment"

"On n’aurait pas gagné la Coupe d’Europe sans être managé par un homme comme (Bernard) Tapie, qui savait tirer le maximum de chaque joueur, estime l’ancien milieu de terrain marseillais. Je pense que la situation du PSG, tout ce qui entoure le club, ne serait jamais arrivée avec un manager comme Bernard Tapie. Si Tapie était au PSG aujourd’hui, ça se passerait différemment. Ils auraient plus de chances de gagner la Coupe d’Europe qu’aujourd’hui. Il était très rigoureux avec les joueurs sur la discipline, l’investissement. Je ne pense pas qu’il aurait accepté que Neymar fête son anniversaire deux jours avant un match. Ou ce genre de situations tout à fait improbables. Oui, le foot a changé, il y a plus de business, de communication, de sponsors. Mais je ne pense pas que dans des clubs comme la Juve, Liverpool, le Bayern, il se passe des situations comme au PSG."

LP avec FGe