RMC Sport

PSG: Danilo et Marquinhos, le coaching de Tuchel qui attise la tension

Le PSG s’est mis en grande difficulté pour la suite de la Ligue des champions en s’inclinant mercredi sur la pelouse de Leipzig (2-1). Au terme d’un match à nouveau décevant. Le coaching de Thomas Tuchel est au centre des critiques. A commencer par son obstination à mettre Danilo en défense et Marquinhos au milieu.

C’est pourtant l’une des rares satisfactions de la soirée. Aligné à la pointe de l’attaque du PSG, Moise Kean a livré un match intéressant en multipliant les efforts et les appels lors de la défaite à Leipzig, mercredi en Ligue des champions (2-1). Mais le buteur italien était trop esseulé pour espérer se montrer réellement dangereux sur la pelouse de la Red Bull Arena. Derrière lui, Thomas Tuchel a une nouvelle fois opté pour un entrejeu avec trois joueurs à vocation défensive. Sans aucun créateur. Et lorsqu’il a fallu pousser en fin de match, après l’exclusion d’Idrissa Gueye (69e), le coach allemand a donné un visage encore plus défensif à son équipe, avec les entrées de Thilo Kehrer, Mitchel Bakker et Rafinha.

Résultat: Paris n’a absolument pas mis en danger ses hôtes. Julian Nagelsmann l’a d’ailleurs fait remarquer après la rencontre: "Au début, nous leurs faisons deux cadeaux d'entrée. Sinon Paris ne s'est créé par lui-même aucune occasion dans le jeu", a résumé le coach de Leipzig. De quoi s’interroger sérieusement sur le coaching de Tuchel. Privé de Neymar, Kylian Mbappé et Mauro Icardi, l’entraîneur des champions de France n’a pas su trouver les solutions pour booster son équipe, qui se repose le plus souvent sur ses stars offensives pour faire la différence. Sa feuille de route semble de moins en moins lisible. A l’image de la période de flottement qui a suivi ses premiers changements, ses joueurs donnent l’impression de ne pas toujours comprendre ses consignes.

"Défenseur, ce n’est pas mon poste", rappelle Danilo

A commencer par sa volonté d’installer Danilo Pereira en défense centrale et Marquinhos en sentinelle. Une expérimentation au cœur des crispations. Après la rencontre, l’international portugais, qui multiplie les sorties décevantes dans ce rôle inhabituel, a laissé poindre un début d’agacement. "Défenseur, ce n'est pas mon poste. Moi, je suis milieu de terrain, a rappelé l’ancien capitaine de Porto sur Téléfoot. L'entraîneur me demande de jouer en défense centrale, je m'applique à faire ce que le coach demande. Je connais le rôle de base d'un défenseur, j'essaie de m'habituer."

Même malaise chez Marquinhos, même si le capitaine parisien a tenté d’arrondir les angles pour ne pas envenimer la situation. "Je vous laisse juger. Je sais ce que je dois faire. Je ne vais pas donner encore plus de motivation aux gens pour parler de ma fonction et de mon coach surtout. On est soudés", a réagi le capitaine parisien sur RMC Sport. Tuchel, lui, s’est enfermé dans un mutisme assez déconcertant lorsque les questions sur son avenir lui ont été posées, à l’heure où le PSG a perdu de ses trois premiers matchs en C1. Une première depuis l’arrivée des propriétaires qataris en 2011. "Non", s’est contenté de répondre l’ancien coach de Dortmund au moment de savoir s’il se sentait en danger ou s’il entretenait des relations compliquées avec sa direction.

Marquinhos loin de ses performances au Final 8

Il avait été un peu plus bavard avant le déplacement à Basaksehir, la semaine passée, pour expliquer son obstination à faire jouer Danilo et Marquinhos à des postes qui ne sont pas les leurs. "C'est une décision pour l'équipe, pas contre quelqu'un, pas contre Danilo, avait assuré Tuchel. J'ai beaucoup réfléchi à cela. J'ai beaucoup aimé ce qu'il nous a apporté au milieu. Il est plus important pour l'équipe à ce poste." Ses récentes prestations, bien loin de celles du Final 8 cet été, viennent contredire ce constat. En difficulté dans son placement, mal à l’aise techniquement, Marquinhos ne donne clairement pas la pleine mesure de son talent en ce moment. Sa position très basse sur le but de Nkunku montre sa difficulté à totalement appréhender le rôle de sentinelle.

Et que dire de Danilo. Le n°6 tant désiré par le PSG est à la peine en charnière, où son manque de repères met régulièrement en danger ses partenaires. Comme l'atteste son très mauvais placement sur l'action amenant le penalty de Leipzig. De quoi plomber ses premiers pas dans la capitale. Reste à savoir si Tuchel va persister dans cette idée, contre vents et marées. Paris jouera son avenir en C1 dans trois semaines en recevant Leipzig au Parc des Princes (21h sur RMC Sport). Sans Presnel Kimpembe, qui a écopé d’un carton rouge pour un tacle plein de frustration en fin de match. La logique voudrait donc que Marquinhos retrouve son poste d’arrière central pour ce rendez-vous (presque) sans filet. Mais Tuchel peut aussi décider d’aligner une charnière inattendue avec Danilo et Kherer ou Diallo. S’il est toujours en poste d’ici-là…

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur