RMC Sport

Real-Liverpool: le chef d'oeuvre de Bale, Karius en plein cauchemar...les notes de la finale

Karius

Karius - AFP

Fragilisés par la sortie sur blessure de Mohamed Salah en première période, les Reds se sont inclinés ce samedi en finale de la Ligue des champions (3-1) face au Real Madrid, qui a pu compter sur Gareth Bale et Karim Benzema pour conserver sa couronne européenne.

TOPS

Benzema, plein d'opportunisme

En demi-finale retour face au Bayern Munich, le 1er mai dernier, Karim Benzema avait profité d’une bourde de Sven Ulreich pour faire trembler les filets une première fois, avant de doubler la mise au retour des vestiaires. Muet depuis cette rencontre, l’ancien Lyonnais a choisi le meilleur moment pour refaire parler la poudre. En profitant, une nouvelle fois, d’une sacrée erreur. Sur une relance mal ajustée de Loris Karius, il a su allonger le pied droit pour ouvrir le score face à Liverpool. Au-delà de ce but, l’attaquant français a livré une très belle copie d’ensemble, en étant à la fois précieux dans la conservation du ballon et intéressant dans ses frappes.

Bale, une entrée doublement payante

Il a planté un but de légende. Du genre de ceux dont on se souviendra encore très longtemps. Trois minutes après son entrée en jeu, à la 61e à la place d'Isco, Gareth Bale a incontestablement marqué l'histoire de la Ligue des champions en claquant un retourné instinctif à l'extérieur de la surface sur un centre appuyé de Marcelo. Un bijou qui lui permet à ce moment-là de redonner l'avantage aux Merengue. Mais l'ancien de Tottenham en voulait encore plus. Alors à la 83e, il a pris sa chance de loin en dégainant une frappe flottante du gauche et a pu compter cette fois-ci sur les mains savonneuses de Loris Karius pour s'offrir un doublé. C'est ce qu'on appelle une entrée décisive.

FLOPS

Karius, deux bourdes au compteur

Il a bien débuté sa partie en s’imposant avec autorité, des deux poings, sur un centre exquis de Dani Carvajal. Il n’a ensuite pas eu grand-chose à faire, jusqu’à la 43e et une tête à bout portant de Cristiano Ronaldo. Une tête parfaitement repoussée par le portier allemand, qui a ensuite vu Karim Benzema l’ajuster de près, mais le but a été refusé pour une position de hors-jeu. Alors qu’il réalisait une belle partie, Karius a tout gâché au retour des vestiaires sur une erreur de relance. Par manque de vigilance, il a envoyé le ballon directement en direction de Benzema, qui en a profité pour dévié son dégagement et marquer dans le but vide. Il a récidivé à la 83e en manquant totalement son intervention sur un tir lointain de Gareth Bale, auteur du troisième but madrilène.

Firmino, éloge de la transparence

Dans l'ombre de Mohamed Salah, Roberto Firmino a réalisé cette saison le meilleur exercice de sa carrière et se présentait donc en confiance à l’heure de défier le Real Madrid. Réputé pour être à la fois un précieux relais dos au but, un combattant et un finisseur, il avait en théorie les armes pour faire souffrir l’arrière-garde madrilène. Ce qu’il n’est jamais parvenu à faire. Après avoir tenté sa chance à la 23e, sur une frappe du droit contrée par Sergio Ramos, le Brésilien a complètement disparu des débats. Incapables de se défaire du marquage imposé par Ramos et Raphaël Varane, l’ancien artificier d’Hoffenheim n’a jamais joué dans le bon tempo et ne s’est pas montré assez disponible.

Les notes des Madrilènes

Navas: 6,5

Carvajal: (remplacé par Nacho 6)

Varane: 7

Ramos: 5,5

Marcelo: 6,5

Modric: 7

Casemiro: 6

Kroos: 6,5

Isco: 6

Benzema: 7

Ronaldo: 5

Les notes des Reds

Karius: 1

Alexander-Arnold: 6

Lovren: 6

Van Dijk: 5

Robertson: 5

Milner: 6

Henderson: 4

Wijnaldum: 5

Salah: remplacé à la 30e par Lallana (3)

Firmino: 3

Mané: 7

dossier :

Karim Benzema

Rodolphe Ryo